L'entrée en bourse de Twitter très attendue aux Etats-Unis

L'entrée en Bourse du site de microblogs Twitter, qui pourrait intervenir dans les prochains jours, est la plus attendue aux Etats-Unis depuis celle du rival Facebook. Pour Twitter, le défi consistera à mieux maintenir que Facebook cet engouement sur la durée.

Aucune date n'est fixée officiellement pour les premiers pas du titre "TWTR" au New York Stock Exchange, mais les spéculations s'orientent vers le 7 novembre. Le rebond récent de Facebook, après le désastre de sa propre introduction en Bourse l'an dernier, rend le climat boursier plus favorable aux sociétés internet.

Facebook cumulait les handicaps avec "un marché d'entrées en Bourse surchauffé, une offre à prix élevé, un volume massif de titres, le tout exacerbé par un problème technique historique", indique Lou Kerner, fondateur de la société d'investissement Social Internet Fund. "Cette conjonction d'événements ne devrait pas se reproduire".

Avec des recettes maximales envisagées de 1,6 milliard de dollars, dix fois moins que ce qu'avait levé Facebook l'an dernier, et une valorisation autour d'une dizaine de milliards quand certains analystes visaient le double, Twitter joue la prudence.

Activité de niche

Parmi les analyses sur l'entreprise publiées ces derniers jours, celle du cabinet de recherche Pivotal estime que Twitter va continuer à croître plus vite que son grand concurrent. Mais il le voit arriver "en fin de compte à un tiers de la taille de Facebook" car son activité est davantage "de niche".

La force de Facebook, c'est son énorme vivier de plus d'un milliard de membres. Twitter n'en compte que 232 millions, mais s'est imposé comme un moyen de communication pour les stars de la musique et du cinéma, les sportifs, les hommes politiques, les médias ou les marques.

Et la société de rappeler quelques tweets marquants: ceux de Barack Obama, premier président à l'utiliser massivement et dont le message "quatre ans de plus" et la photo le voyant enlacer sa femme Michelle a fait le tour du monde; ou encore ceux de l'investisseur "activiste" Carl Icahn qui, pour maximiser la portée de ses actions, annonce sur Twitter qu'il a acheté des actions Apple.

/SERVICE


Actualisé le