L'allemand Boa veut licencier 155 personnes à Rothenburg (LU)

Le groupe industriel allemand Boa taille dans les effectifs de son entité suisse à Rothenburg (LU). Il projette d'y licencier 155 des 168 collaborateurs, en invoquant les pertes générées par le site.

Les emplois qui seront maintenus à Rothenburg ont trait à la distribution. La production devrait quant à elle être délocalisée en France, en Allemagne et en Pologne, a indiqué vendredi l'entreprise allemande. Les personnes touchées par la mesure bénéficieront d'un plan social.

La direction explique sa décision par la force du franc et la mauvaise situation économique en Europe, qui rendent cette mesure "nécessaire". Les licenciements et les mesures de chômage partiel menés depuis 2012 n'ont pas suffi à maintenir une rentabilité suffisante pour une poursuite de l'exploitation, estime le groupe aux mains de la société financière américaine AEA.

Le chiffre d'affaires du site de Rothenburg a diminué carrément de moitié entre 2008 et 2012, passant de 68 millions de francs à 34 millions, a précisé un porte-parole à l'ats. Il a ajouté que l'usine est déficitaire depuis 2012 et connaît des problèmes depuis plusieurs années.

La direction considère donc la crise comme structurelle et non comme conjoncturelle. Elle ne voyait aucune perspective pour le site suisse dans les années à venir.

Procédure de consultation

Les employés concernés ont été informés vendredi après-midi par la direction et une procédure de consultation a été lancée. Les délégués du personnel et la direction étudieront notamment les éventuelles alternatives à une suppression d'emplois généralisée.

Du côté des travailleurs, Employés Suisse a fait part de sa colère. L'organisation dénonce "une pratique sans scrupules, irresponsable et qui ne témoigne pas d'une manière de penser orientée vers la qualité".

Le syndicat Syna condamne quant à lui "une logique de maximisation des profits" et espère encore sauver le site et autant d'emplois que possible. "Nous avons encore l'espoir qu'une petite partie de la production puisse être sauvée", a déclaré à l'ats Josef Lustenberger, secrétaire central de l'organisation.

/SERVICE


Actualisé le

 

Articles les plus lus