Japon: pièces de réacteurs nucléaires exportées sans être vérifiées

Le Japon a négligé d'effectuer des vérifications sur la sécurité d'au moins 40 % des pièces détachées pour les réacteurs nucléaires qu'il a exportées ces dix dernières années, affirme lundi un quotidien nippon. Les pièces ont été expédiées à 17 pays.

Ces pièces détachées, dont les cuves à pression contenant le carburant des centrales, ont été expédiées à 17 pays, pour un montant total de 51,1 milliards de yens (474 millions de francs), sans que des contrôles de sécurité aient été conduits, a rapporée le "Mainichi Shimbun".

La Grande-Bretagne, l'Allemagne, l'Australie, la Russie et l'Italie sont parmi les pays ayant reçu des pièces détachées non vérifiées, ajoute le journal, qui cite des industriels et des fédérations du secteur comme sources.

De 2003 à 2012, le Japon a exporté des pièces détachées à plus de vingt pays, pour un total de 124,8 milliards de yens, selon les chiffres officiels cités par le "Mainichi Shimbun".

Cuves à pression

Des contrôles de sécurité, qui comprennent par exemple le simple examen de documents, n'étaient exigés que pour les exportations liées à des prêts accordés par la banque publique Japan Bank for International Cooperation ou garanties par l'organisme public Nippon Export and Investment Insurance, selon le journal.

Les pièces non vérifiées comprennent des cuves à pression pour des réacteurs, envoyées à Taïwan en 2004, et des mécanismes de barres de contrôle, qui régulent le rythme de fission nucléaire, envoyés à la Suède et au Brésil.

Le reste des exportations, vers la France, la Chine, les Etats-Unis, la Belgique et la Finlande, semble avoir été vérifié, selon le quotidien qui cite l'Agence des ressources naturelles et de l'énergie. Mais une partie des données publiées par cette agence ont été recouvertes d'un trait noir, note le quotidien.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes