Implenia rachète les activités construction de l'Allemand Bilfinger

Après plusieurs acquisitions en Norvège et en Autriche, Implenia renforce sa présence sur le marché européen des infrastructures. L'entreprise zurichoise, numéro un helvétique du bâtiment, acquiert les activités historiques de construction du groupe allemand Bilfinger. Hors reprises de dettes, la transaction se chiffre à 60 millions d'euros en espèces.

Active dans l'édification d'infrastructures, Bilfinger Construction figure au rang des entreprises de premier plan dans les travaux spéciaux de génie civil, dans les ouvrages d'art et le percement de tunnels, précise Implenia. Dans un communiqué séparé, Bilfinger explique l'opération par sa volonté de se recentrer sur l'ingénierie, les prestations de services et l'immobilier.

Le groupe sis à Mannheim a décidé en mai de se repositionner sur ses activités offrant une rentabilité accrue. Les opérations cédées à Implenia affichent un chiffre d'affaires de 650 millions d'euros (780 millions de francs) et emploient quelque 1850 salariés. Avec plus de 74'000 collaborateurs, Bilfinger a pour sa part engrangé l'an passé un bénéfice net de 173 millions d'euros, pour des revenus de 8,51 milliards.

Avec cette acquisition, dont la finalisation est attendue au premier trimestre 2015 à l'issue des examens des autorités en matière de concurrence, Implenia étend sa présence à l'Allemagne et la Suède, tout en étoffant son activité en Autriche et en Norvège. L'opération offre aussi à Implenia la taille critique pour se profiler sur un nombre croissant de projets complexes.

Suite logique

L'acquisition représente "le développement logique de la stratégie de croissance" d'Implenia, a commenté son patron, Anton Affentranger, lors d'une conférence téléphonique. Elle permet au groupe de s'implanter sur des marchés connaissant une demande croissante en matière d'infrastructures, dans des Etats avec un bas niveau d'endettement.

Pour Bilfinger, la cession se soldera par un revenu de 230 millions d'euros. Le chef des finances d'Implenia, Beat Fellmann, a pour sa part relevé que ce montant comprend un emprunt. En déduisant la reprise de dettes, le rachat coûtera au groupe suisse né en 2006 de la fusion du Genevois Zschokke et du Bâlois Batigroup 60 millions d'euros (72 millions de francs).

Le prix relativement bas s'explique aussi par le fait qu'Implenia reprend avec Bilfinger Construction certains projets à risques, a noté M. Affentranger. Parmi ceux-ci, le plus important est celui de la construction de la ligne de métro U5, à Berlin.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes