Ilford Imaging supprime près d'une centaine d'emplois à Marly

Ilford Imaging, qui lutte pour sa survie, procède à une restructuration afin de se remettre sur les rails. L'entreprise fribourgeoise spécialisée dans les technologies de l'image supprime près d'une centaine d'emplois par rapport aux 230 qu'elle comptait en juin.

Sur ce total, 66 personnes seront licenciées, mais 27 d'entre elles sont âgées de plus de 58 ans et peuvent donc partir en retraite anticipée, ont indiqué les nouveaux propriétaires d'Ilford mercredi à la presse, sur le site de production à Marly. S'y ajoutent 26 personnes qui ont trouvé un emploi ailleurs et ne seront pas remplacées. De plus, seize employés verront leur temps de travail diminuer.

"Cette restructuration doit nous permettre de retrouver la profitabilité et de donner un nouveau point de départ à Ilford", a souligné le directeur général Paul Willems.

Après avoir frôlé la faillite, il s'agit de présenter un profil sain lors du rendez-vous avec le juge repoussé au 16 septembre: une base financière permettant de tenir les engagements, des coûts réduits, et un chiffre d'affaires solide sans être trop ambitieux. Il faudrait atteindre un socle d'environ 40 millions de francs, et nous sommes en train d'y arriver, a dit le directeur financier Jean Marc Métrailler.

Investisseur japonais

En outre, cette étape permet de rassurer les clients et de reprendre une activité normale. "Nous avons aussi des pourparlers avec des investisseurs industriels. Un premier investisseur nous rejoindra dès que la restructuration aura été faite", a précisé Paul Willems.

C'est une société japonaise, partenaire de distribution de longue date d'Ilford, qui a intérêt à ce que l'activité de l'entreprise fribourgeoise soit pérenne. Paul Willems et Jean Marc Métrailler conserveront toutefois plus des trois quarts des actions.

"Nous voulions trouver au départ un investisseur industriel qui puisse reprendre la société. Nous avons réalisé que ce n'était pas possible aussi rapidement, mais avons constaté de l'intérêt chez plusieurs: d'où cette solution à court terme, pour avoir une chance d'être profitable", a expliqué le directeur général.

Ilford recherche un investisseur non pas financier mais industriel, qui a de l'intérêt pour ses compétences spécifiques et qui puisse amener sur le site un volume de travail.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes