Genève: les employés des TPG votent l'accord et refusent la grève

Les employés des Transports publics genevois (TPG), réunis jeudi en assemblée, ont accepté l'accord passé la veille entre la direction de l'entreprise et les syndicats, qui écarte tout licenciement et préserve les effectifs. Ils ont dans la foulée renoncé à la grève prévue ce jeudi.

"Toutes nos revendications ayant été acceptées", l'accord a été approuvé à la quasi-unanimité, a indiqué à l'ats la secrétaire du Syndicat du personnel des transports (SEV), Valérie Solano, au terme de la réunion qui s'est déroulée tôt jeudi matin dans deux entrepôts des TPG. Seuls deux travailleurs s'y sont opposés et un autre s'est abstenu.

"Le travail a repris", a précisé Mme Solano. Les bus sont en route pour commencer leur course. Eviter des licenciements était l'une des revendications majeures des employés des TPG. Ceux-ci avaient mené une grève d'une journée, il y a deux semaines, qui avait paralysé l'entreprise.

Plus de marge de manoeuvre

Du côté des TPG, on s'était également montré satisfait mercredi de l'accord trouvé. La direction et le conseil d'administration de l'entreprise ont reçu du Conseil d'Etat un mandat pour négocier avec les représentants du personnel. Une plus grande marge de manoeuvre leur a été laissée pour arriver à un compromis.

Avant le déclenchement de la crise, un cadre financier rigide avait été imposé aux TPG. La direction et le conseil d'administration ont obtenu un peu plus de souplesse. Elle leur permettra d'améliorer l'offre à certains endroits et d'optimiser la situation à d'autres endroits, a indiqué le directeur général des TPG Christoph Stucki.

L'enveloppe financière mise à disposition des TPG par le canton de Genève ne changera pas, a relevé pour sa part la présidente du conseil d'administration des TPG, Anita Frei. Ce montant figure dans le projet de contrat de prestations 2015-2018, qui doit encore être discuté au Grand Conseil, et qui lie l'Etat et le transporteur.

Baisse des tarifs

Ce projet de contrat de prestations avait été élaboré après l'acceptation par les Genevois d'une initiative baissant les tarifs des TPG. Il prévoyait une diminution de l'offre due au recul des recettes, la suppression de plus d'une centaine de postes de travail, et des licenciements à partir de fin 2015.

L'accord négocié mercredi avec les syndicats donne une certaine latitude aux TPG pour trouver des économies et améliorer le fonctionnement de l'entreprise. La baisse des tarifs, qui interviendra dans une dizaine de jours, débouchera aussi peut-être sur une bonne surprise en matière de recettes.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus