Firme glaronnaise condamnée pour surfacturations en Afghanistan

Deux filiales du groupe alimentaire Supreme ont été condamnées à 434 millions de dollars (424 millions de francs) d'amende pour avoir surfacturé leurs fournitures en eau et en nourriture aux troupes américaines en Afghanistan, a annoncé le ministère américain de la Justice. L'une des filiales est sise dans le canton de Glaris.

Supreme a plaidé coupable. Le groupe a accepté de payer l'amende pour mettre fin aux poursuites engagées au civil par le ministère.

L'armée américaine et Supreme, enregistré aux Pays-Bas et contrôlé par le milliardaire américain Stephen Orenstein, avaient signé un contrat pour approvisionner les troupes en Afghanistan à hauteur de 8,8 milliards de dollars depuis 2005. C'est dans ce cadre que la filiale suisse et l'autre, émiratie, ont mis au point un système pour surfacturer des prestations.

"Les compagnies ont frauduleusement augmenté le prix de denrées locales et de bouteilles d'eau vendues au gouvernement américain", le pénalisant de 48 millions de dollars supplémentaires, a indiqué le ministère.

Selon des courriels internes échangés entre des dirigeants de l'entreprise, ceux-ci ont "délibérément pris la décision de surfacturer les prix" par l'intermédiaire d'une entreprise intermédiaire basée aux Emirats Arabes Unis, a ajouté le ministère. L'entreprise aurait également payé pour faire taire un de ses responsables qui menaçait de tout révéler aux autorités américaines.

Contrôles internes

Les deux filiales, Foodservice GmbH et Supreme Foodservice FZE, ont accepté de payer 288 millions de dollars en amendes, restitutions et remboursements, auxquels s'ajoutent 101 millions au titre d'une plainte déposée par un des dirigeants qui accusait le groupe d'avoir abusé les autorités américaines. D'autres amendes s'élevant à 45 millions concernent des cas spécifiques de surfacturation.

Dans un communiqué, le groupe Supreme a affirmé qu'il avait renforcé ses contrôles internes. "Nous acceptons pleinement la responsabilité et regrettons nos actions passées", a affirmé Emma Sharma, responsable juridique de Supreme Group USA.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes