Départ du président de la Banque cantonale de Bâle suite à un blâme

Le président du conseil d'administration de la Banque cantonale de Bâle (BKB) Andreas Albrecht démissionne à son tour, a annoncé vendredi l'établissement qui a vécu une période agitée. Du même coup, il quitte le conseil d'administration de la Banque Coop, établissement en mains de la BKB.

Le départ de M. Albrecht aura lieu "au plus tard d'ici le 31 décembre", selon le communiqué de la BKB. L'intérim jusqu'à la nomination d'un nouveau président par le Grand Conseil sera assuré par l'administrateur Andreas Sturm. Afin de garantir son indépendance politique, celui-ci quitte le Parlement cantonal ainsi que le Parti Vert'libéral dont il est membre.

Blâme contre la banque

Le départ de M. Albrecht est motivé par le blâme prononcé contre la BKB par l'Autorité de surveillance des marchés financiers (FINMA). Le 21 novembre, celle-ci avait de surcroît imposé à l'établissement des mesures contraignantes et ordonne la confiscation des bénéfices indûment réalisés pour un montant de 2,64 millions de francs.

La BKB a illicitement soutenu entre 2009 et 2012 le cours en bourse de ses propres bons de participation, avait expliqué l'Autorité de surveillance des marchés financiers (FINMA) jeudi dans un communiqué. Elle a notamment passé systématiquement des ordres d'achat pour ces titres, entraînant ainsi des distorsions du marché.

Cascade d'ennuis

La BKB est une des quatorze banques dans le collimateur de la justice des Etats-Unis dans le cadre de ses investigations pour aide à la fraude fiscale.

L'établissement a par ailleurs pâti du scandale de la société financière ASE Investment. Cette affaire d'escroquerie, qui a coûté plus de 100 millions de francs à quelque 620 clients de la BKB, a poussé à la fin de l'année dernière son directeur Hans Rudolf Matter au départ. L'établissement est depuis dirigé par Guy Lachapelle.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes