Cuba : vers la fin du casse-tête de la double monnaie

Cela fait vingt ans que les Cubains jonglent avec deux monnaies, mais leur casse-tête quotidien va prendre fin avec la décision annoncée mardi par le gouvernement d'en terminer avec ce système, source d'innombrables inégalités.

"Le conseil des ministres a approuvé la mise en oeuvre du calendrier d'exécution des mesures qui conduiront à l'unification monétaire", a affirmé succinctement un communiqué officiel publié par le quotidien du tout-puissant Parti communiste de Cuba, "Granma".

Peso cubain, peso convertible

Mais le processus d'unification entre le peso cubain (CUP) et le peso convertible (CUC), qui vaut 24 CUP et est aligné sur le dollar américain, se fera sans doute au rythme des réformes entreprises depuis plusieurs années par le président Raul Castro : "Doucement, mais sûrement".

En donnant le coup d'envoi de l'unification, "Granma" ne livre guère de détails : le processus s'appliquera d'abord aux entreprises, puis aux particuliers, explique le communiqué sans préciser le calendrier.

Depuis le lancement du CUC en 1994 par Fidel Castro pour concurrencer le dollar qui circulait librement à Cuba, les Cubains sont soumis à un système qui a généré de nombreuses inégalités.

Inégalités exacerbées

Ils reçoivent des salaires et des retraites en peso cubain, mais doivent s'efforcer d'acquérir des CUC, indispensables pour acheter les très nombreux produits d'importation circulant dans l'île.

Le salaire mensuel moyen est de l'ordre de 500 pesos (20 CUC, soit environ 20 francs), notoirement insuffisant pour assurer ne serait-ce que les besoins alimentaires. Pour tous les Cubains, la chasse au CUC est quotidienne.

Le tourisme est un des secteurs dont les employés, au contact des étrangers, ont accès au peso convertible pour arrondir leur salaire. Les employés des entreprises étrangères sont également privilégiés pour percevoir des pesos convertibles.

Le développement du travail indépendant, encouragé par le gouvernement, a également accentué les inégalités : un médecin de base est payé 500 CUP mensuels (20 CUC), tandis qu'un mécanicien automobile indépendant pourra gagner chaque mois jusqu'à 400 CUC (9600 CUP).

Union compliquée

Objectif officiel du régime communiste depuis deux ans, l'unification se présente particulièrement compliquée pour les comptes nationaux et les entreprises d'Etat.

Leur comptabilité repose sur une parité CUC-CUP qui entraîne une "distorsion de toute réalité économique", souligne l'économiste Pavel Vidal, ancien spécialiste monétaire du Centre d'Etudes de l'économie cubaine (CEEC) de l'Université de La Havane.

"Cette distorsion de la mesure économique fausse toutes les décisions et toute planification centralisée", ajoute Pavel Vidal pour lequel "l'unification doit commencer à ce niveau avant d'atteindre la population".

Tout a commencé au début des années 1990 de la chute de l'empire soviétique, qui a plongé Cuba dans une crise économique sans précédent. Pour se donner un bol d'air, Fidel Castro autorise en août 1993 les envois d'argent des émigrés cubains et la circulation à Cuba du dollar. Le dollar valait alors 150 pesos.

En décembre 1994, les autorités introduisent le CUC, alternative au billet vert. Les trois devises cohabitent jusqu'en octobre 2004, lorsque Fidel Castro, réagissant à de nouvelles sanctions américaines, retire le dollar de la circulation, impose une taxe de 10% sur sa conversion et le dévalue de 8% par rapport au CUC.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus