Croissance du PIB en Suisse de 0,5% au 2e trimestre

L'économie suisse continue de résister à la morosité conjoncturelle mondiale. Le produit intérieur brut (PIB) a progressé de 0,5% au 2e trimestre 2013, comparé aux trois premiers mois de l'année. En comparaison annuelle, la croissance s'est établie à 2,5%.

A l'image des derniers trimestres, c'est principalement la consommation privée (+0,7%) qui a été à l'origine des impulsions positives d'avril à juin, a indiqué mardi le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) dans un communiqué. Pour la première fois depuis une année, les investissements en biens d'équipement (+2,9%) ont affiché une nette progression.

L'évolution de la balance commerciale des marchandises a eu des effets négatifs sur l'expansion du PIB (recul des exportations et augmentation des importations), a ajouté le SECO. En revanche, les impulsions des entrées et sorties dans le secteur des services se sont équilibrées.

Du côté de la production, l'industrie (-0,5%) et la construction (-0,1%) ont connu une baisse de valeur ajoutée au 2e trimestre, en comparaison avec les trois premiers mois de l'année. Plusieurs branches des services ont contribué positivement au PIB (commerce, transports, information et communication, finances et assurances, activités immobilières, services administratifs, santé).

Croissance démographique

La croissance de la démographie est un des facteurs qui expliquent pourquoi l'économie suisse résiste mieux que les pays européens depuis 2007. Elle a une influence directe sur l'évolution des agrégats macroéconomiques, comme la consommation des ménages et la construction, a déclaré mardi à l'ats Bruno Parnisari, chef du secteur conjoncture au SECO.

De plus, "l'économie suisse ne doit pas résorber des déséquilibres internes importants, comme cela est le cas auprès de plusieurs pays européens, qui font face à des efforts de consolidation budgétaire très importants", a-t-il expliqué.

Le responsable du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) précise que l'OCDE estime la croissance potentielle du PIB pour la Suisse à 2%, soit nettement supérieur à la plupart des pays européens, y compris l'Allemagne.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes