Conversation Obama-Netanyahu sur le nucléaire iranien

Le président américain Barack Obama et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se sont parlé lundi au téléphone, a annoncé la Maison Blanche. Ils ont évoqué notamment le dossier iranien. A Vienne mardi, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et l'Iran ont jugé leur réunion de deux jours "très productive".

MM. Obama et Netanyahu ont parlé "des développements récents liés à l'Iran, des négociations israélo-palestiniennes et d'autres dossiers régionaux", selon l'exécutif américain, qui n'a donné aucun détail sur le fond de cet entretien dans son compte-rendu.

Cette conversation est intervenue alors que l'Iran a repris depuis la mi-octobre les négociations avec les puissances du groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne) sur son programme nucléaire.

Dimanche, M. Netanyahu a à nouveau appelé à accroître les pressions contre l'Iran et son programme nucléaire, parallèlement aux négociations.

Selon les médias israéliens, il redoute que les Etats-Unis acceptent, même sans réelles concessions de la part de Téhéran, d'alléger les sanctions imposées à l'Iran en réponse à "l'offensive de charme" lancée par le nouveau président iranien Hassan Rohani.

Nouvelle proposition iranienne

Pendant ce temps à Vienne, les délégations de l'AIEA et de l'Iran ont tenu une réunion très productive", ont déclaré dans un rare communiqué commun les deux parties à l'issue de leur 12e réunion, mais la seconde avec la nouvelle équipe nommée par Hassan Rohani.

"Il a été décidé qu'une nouvelle réunion se tiendrait le 11 novembre à Téhéran pour poursuivre cette coopération", ont déclaré mardi les diplomates des deux camps.

L'Iran a présenté une nouvelle proposition, jugée "constructive" par le gendarme du nucléaire et qui a pour but de "renforcer la coopération et le dialogue en vue de la résolution future de toutes les questions en suspens", ont indiqué le nouveau chef des inspecteurs de l'AIEA, le Finlandais Tero Varjoranta, et l'ambassadeur de l'Iran auprès de l'agence, Reza Najafi.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes