Climat: l'UE débloque un milliard d'euros pour les énergies propres

La Commission européenne a annoncé une enveloppe d'un milliard d'euros pour des projets visant à accroître la production d'énergies propres. Un projet de capture de CO2 de quelque 300 millions d'euros (365 millions de francs) au Royaume-Uni figure parmi les 19 propositions retenues.

Le programme "NER 300" sera financé grâce au produit de la vente de quotas d'émission de l'UE, ce qui fait que "les pollueurs deviennent l'élément moteur du développement de nouvelles initiatives en faveur de la réduction des émissions de CO2", selon la Commission.

"NER 300" porte sur toutes les sources d'énergie renouvelables: bioénergies, solaire, géothermie, photovoltaïque, éolien, énergie océanique, mais aussi sur le captage et le stockage du CO2.

"Ces projets permettront de contribuer à la protection du climat et de réduire la dépendance de l'Europe en matière d'énergie", a déclaré au cours d'une conférence de presse la commissaire européenne au Climat, Connie Hedegaard.

Réduction des émissions de 40%

La Commission européenne souhaite obtenir des 28 qu'ils s'engagent à réduire d'ici à 2030 leurs émissions de gaz à effet de serre de 40% par rapport à leurs niveaux de 1990.

Le milliard d'euros "aura pour effet d'attirer quelque 900 millions d'euros supplémentaires d'investissement privé, ce qui portera à près de deux milliards d'euros le montant des investissements", a précisé Mme Hedegaard.

Les projets permettront d'accroître de près de huit térawatt-heures (TWh) la production annuelle d'énergie renouvelable de l'UE, ce qui correspond à la consommation électrique annuelle de Chypre et Malte réunis, selon la Commission.

L'un des plus ambitieux se situe au Royaume-Uni, un pays traditionnellement eurosceptique, voire franchement europhobe, où sera développé le premier projet de captation de CO2 à grande échelle dans l'Union. Mme Hedegaard a précisé que le montant de l'aide européenne serait de quelque 300 millions d'euros.

Projet transfrontalier

Il fera appel à la technique de "l'oxycombustion" pour capter 90% du carbone résultant de la combustion du charbon à la centrale électrique de Drax, près de Selby, dans le Yorkshire, avant de les stocker dans un site en mer du Nord. C'est un "grand pas en avant pour cette technologie en Europe", a assuré Mme Hedegaard.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus