Au Portugal et en Italie, la grogne monte contre l'austérité

Des dizaines de milliers de manifestants se sont mobilisés au Portugal et en Italie samedi. Ils protestaient contre les nouvelles mesures d'austérité annoncées par leurs gouvernements afin de maîtriser les déficits publics. Des heurts ont été signalés à Rome.

En Italie, quelque 70'000 personnes selon les syndicats, 50'000 selon les autorités, ont protesté à Rome, où un important dispositif policier a été déployé par crainte d'incidents.

Etaient présents dans le cortège aussi bien des militants des droits des immigrés ou du droit au logement que des opposants au projet de TGV Lyon-Turin. Parmi ces derniers, figurait le célèbre écrivain Erri de Luca, qui a récemment fait sensation en se prononçant pour le sabotage de ce projet.

Des heurts ont opposé une centaine de manifestants encagoulés à la police autour du ministère italien des Finances, tandis que la vitrine d'une agence de la banque Unicredit a été défoncée à coups de pierres. Quinze personnes ont été interpellées, tandis que deux policiers ont été blessés lors des affrontements. La police a saisi des chaînes, des casques, des battes de base-ball et un couteau.

Entre 3000 et 4000 membres des forces de l'ordre avaient été déployés et plusieurs magasins avaient abaissé leur rideau de crainte d'incidents.

Sur deux ponts

Au Portugal, les manifestants ont défilé sur les ponts des deux principales villes du pays, à Lisbonne et à Porto, à l'appel de la CGTP, la principale centrale syndicale du pays, proche du Parti communiste.

A Porto, la capitale du nord du pays, ils étaient "entre 50'000 et 60'000" selon les organisateurs, mais 25'000 selon la police, à traverser à pied le pont do Infante qui relie les deux rives du fleuve Douro.

Dans la capitale portugaise, les protestataires ont franchi le célèbre pont du 25 Avril, du nom de la révolution qui a renversé la dictature salazariste en 1974, à bord de quelque 400 autocars.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes