Amende de 1,2 milliard de francs contre six cimentiers, dont Holcim

Le cimentier st-gallois Holcim figure parmi six acteurs du secteur condamnés pour entente cartellaire sur les prix depuis 20 ans par l'autorité brésilienne de la concurrence (Cade). Les amendes portent sur un montant total de 3,1 milliards de reals (environ 1,2 milliard de francs), dont un sixième pour Holcim.

L'entreprise a fait savoir jeudi dans un communiqué qu'elle comptait contester sa condamnation par tous les moyens juridiques possibles. Engagé pour l'heure dans un projet de fusion avec Lafarge, le cimentier estime avoir respecté les dispositions légales et les règles de concurrence au Brésil.

Dans le détail, Holcim a écopé d'une amende de 508 millions de reals (environ 204 millions de francs). Le cimentier basé à Rapperswil-Jona (SG) a toujours dit, comme les autres condamnés, que les preuves manquaient dans l'enquête du ministère de la justice brésilien, dont les résultats avaient été publiés en 2011.

Ventes en forte hausse

Parmi les autres sociétés sanctionnées, on compte quatre sociétés brésiliennes : Votorantim Cimentos, Itabira Agro Industrial, Cia de Cimentos Itambé et Intercement Brasil, une filiale de Camargo Correa. Au terme de dix heures d'audition, la Cade a également épinglé le portugais Cimpor Cimentos de Portugal.

L'autorité de la concurrence brésilienne a ordonné en outre aux six cimentiers de réduire de 20% leur capacité de production de béton sur les principaux marchés et de se défaire de toutes leurs participations croisées.

Les ventes de ciment ont plus que doublé au Brésil au cours de la décennie écoulée et les prix ont augmenté des deux tiers, sur fond de forte croissance stimulée par d'importants travaux d'infrastructure.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus