Accord avec la Chine: Johann Schneider-Ammann se veut rassurant

La Suisse n'a pas fait de concessions "spéciales" dans son accord de libre-échange avec la Chine, a affirmé mercredi le ministre de l'économie Johann Schneider-Ammann. Il se veut rassurant, mais refuse encore de dévoiler les détails du traité, conclu vendredi avec Pékin.Le conseiller fédéral a rappelé avoir promis de ne pas se laisser forcer la main. Concernant l'agriculture, les concessions ne portent que sur des produits non sensibles. Les résultats des négociations restent dans le cadre des contingents tarifaires. Les prescriptions en matière d'hygiène, de santé, de sécurité et d'identification ne sont pas mises en cause.Johann Schneider-Ammann a également affirmé avoir trouvé une solution concernant les droits de l'homme dans le préambule de l'accord. Un chapitre porte sur l'environnement. Et les questions concernant le droit du travail sont réglées dans un accord parallèle.Détails plus tardDifficile d'en savoir plus sur le contenu de l'accord. Sinon que Berne a obtenu un résultat "global et bon". Le ministre de l'économie a surtout souligné la grande importance politique du traité avec le troisième partenaire économique de la Suisse après l'Union européenne et les Etats-Unis. "Une destination importante pour les exportations helvétiques."Les détails ne seront rendus publics que lorsque l'accord sera signé, "dans les prochains mois". Pour l'instant, Berne et Pékin se sont mis d'accord sur les aspects techniques. La Suisse et la Chine vont désormais procéder à des examens juridiques. Côté helvétique, des consultations politiques vont être menées.Le conseiller fédéral a toutefois laissé entendre qu'une partie du voile sera levé lors de la visite en Suisse du premier ministre chinois Li Keqiang le 24 mai. Les négociations sur l'accord de libre-échange avaient démarré officiellement début 2011. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus