Vol de tableaux aux Pays-Bas: le procès tarde à entrer dans le vif

Très attendu, le procès de six Roumains accusés d'un spectaculaire vol de tableaux aux Pays-Bas tarde à entrer dans le vif du dossier. Les avocats ont en effet soulevé des questions de procédure lors de l'audience de mardi.

Le sort des toiles dont deux Monet, un Gauguin et un Picasso, est toujours entouré de mystère, l'un des inculpés ayant déclaré les avoir brûlées avant de se rétracter.

Présents dans le box des accusés, les quatre suspects placés en détention provisoire, dont le "cerveau" présumé du vol, n'ont pris la parole que pour demander à être mis en liberté surveillée. Le juge se prononcera sur cette question lors de la prochaine audience, le 22 octobre.

L'avocate de l'un des accusés, Maria Vasii, a également demandé que le dossier soit restitué aux procureurs et l'enquête reprise, soutenant que les procédures n'avaient pas été respectées. Si cette requête était acceptée, elle demandera que les suspects soient jugés aux Pays-Bas où le régime de détention est plus permissif qu'en Roumanie.

L'avocat Catalin Dancu a affirmé aux journalistes que son client était prêt à indiquer aux enquêteurs néerlandais où se trouvaient les tableaux s'ils acceptaient son transfert aux Pays-Bas. Mais un des procureurs roumains a indiqué que, lors de deux rencontres avec ses homologues néerlandais, l'accusé n'avait fourni aucun élément pour étayer ces propos.

"Procédure simplifiée"

Une expertise réalisée par le Musée national d'histoire de Roumanie a révélé que des cendres saisies chez Mme Dogaru contenaient les restes de trois tableaux peints à l'huile et des clous datant d'avant la fin du XIXe siècle. L'incinération ou non des toiles fera toutefois l'objet d'un procès séparé.

Lors de la prochaine audience le juge devra annoncer s'il accepte une "procédure simplifiée" qui permet aux suspects ayant reconnu les faits de bénéficier d'un procès rapide et d'une remise d'un tiers de leurs peines.

Il avait fallu moins de trois minutes aux auteurs du vol pour s'emparer de sept toiles de maîtres exposées au musée Kunsthal de Rotterdam (Pays-Bas), dans la nuit du 15 au 16 octobre 2012.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes