Vente de faux tableaux: trois nouvelles inculpations à New York

Trois hommes ont été inculpés lundi à New York, dans le cadre d'un trafic de faux tableaux attribués notamment aux peintres Mark Rothko ou Jackson Pollock, qui leur avait rapporté 33 millions de dollars sur 14 ans. Deux Suisses avaient déjà été mis en cause au début du mois dans cette affaire.

Deux des personnes inculpées lundi ont été arrêtées la semaine dernière en Espagne, a indiqué le procureur fédéral de Manhattan Preet Bharara dans un communiqué. Il s'agit de Jesus Angel Bergantinos Diaz de Lugo, considéré comme l'un des cerveaux du trafic, et de son frère Jose Carlos. La troisième est un peintre faussaire chinois, Pei Shen Qian, qui serait reparti en Chine.

Les deux frères sont notamment inculpés de fraude électronique et blanchiment. ils ont refusé d'être extradés vers les Etats-Unis, a indiqué mardi une source judiciaire.

Provenance rocambolesque

Jose Carlos Bergantinos Diaz se présentait comme un marchand d'art, Avec la complicité d'une femme qui a déjà plaidé coupable, il a vendu entre 1994 et 2009 à deux galeries de New York une soixantaine de toiles présentées comme des oeuvres de peintres à la réputation internationale (Mark Rothko, Jackson Pollock, Willem de Kooning, Richard Diebenkorn ou Robert Motherwell) pour un total de 33 millions de dollars, selon l'acte d'accusation.

Deux Suisses inculpés

Plusieurs autres personnes ont été inculpées le 4 avril en liaison avec ces fausses oeuvres d'art, après une plainte déposée par un milliardaire de Las Vegas, Frank Fertitta, qui avait acheté pour 7,2 millions de dollars un faux attribué à Mark Rothko en avril 2008.

Parmi elles figure un curateur du Kunsthaus de Zurich et un marchant d'art suisse. Le premier avait été payé 300'000 dollars par la galerie vendeuse pour recommander l'oeuvre. Selon l'énoncé de la plainte, que l'ats s'est procurée, l'expert savait que de nombreux éléments matériels mettaient en doute l'authenticité de l'oeuvre.

Au sujet du marchand suisse, la partie plaignante lui reproche d'avoir représenté un "vendeur anonyme" inventé. Il a assuré à l'acquéreur que le tableau était vrai, selon le texte de la plainte.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes