Un premier week-end prometteur pour le Montreux Jazz Festival

Le 47e Montreux Jazz Festival a connu un premier week-end prometteur. Le public a répondu présent, samedi tout particulièrement. La nouvelle formule de la manifestation semble appréciée, selon son directeur Mathieu Jaton.

"Je suis très satisfait. On est sur une bonne tendance, mais il reste encore quinze jours à faire et je ne me repose jamais sur mes lauriers", a dit dimanche à l'ats Mathieu Jaton, directeur de la manifestation.

La nouvelle formule qui propose notamment trois salles payantes au lieu de deux, ainsi qu'un élargissement des quais, semble plaire au festivaliers. "Les gens cherchent un peu leurs marques dans les nouveaux lieux tant intérieurs qu'extérieurs", a-t-il observé.

Des larmes d'émotion

Depuis jeudi, soirée d'ouverture, le festival a connu plusieurs moments forts. "Celles des deux concerts de Léonard Cohen - qui a joué à guichets fermés - étaient stupéfiantes, notamment vendredi. J'ai vu des gens pleurer d'émotion", a relevé M. Jaton.

Dans une salle également complète, Sixto Rodriguez, qui avait été décrié lors de ses précédentes prestations, a fait un très bon concert, malgré une voix un peu faible sur la fin, selon le directeur du festival.

Samedi soir, la météo aidant, tous les lieux étaient bondés, s'est réjoui le nouveau boss du festival. Le Club, la nouvelle salle intimiste de 350 places, a connu sa première grosse jam jusqu'à 03h00, avec l'artiste de hip hop Wyclef Jean. Dimanche soir, les rockeurs écossais de Green Day étaient attendus au Stravinski, salle équipée d'un nouveau système de sonorisation.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus