Un centre d'art ouvre ses portes non loin de Crans-Montana (VS)

La Fondation Pierre Arnaud ouvre ses portes dimanche à Lens, à un jet de pierre de Crans-Montana (VS). Le nouveau centre d'art accueillera deux expositions par an. La première, présentée jusqu'au 22 avril, s'intitule "Divisionnisme: Couleur maîtrisée? Couleur éclatée!".

La Fondation Pierre Arnaud s'érige au bord du lac du Louché, dans le village de Lens. Le bâtiment se caractérise par une façade principale en miroir qui reflète le paysage environnant.

Construit sur deux niveaux, le centre d'art offre 900 mètres carrés de surface d'exposition, un restaurant et une boutique. Son coût s'élève à 13,5 millions de francs environ, dont plus de 10 millions financé par des fonds privés, indique la Fondation Arnaud jeudi dans un communiqué.

Cycles d'hiver et d'été

La fondation accueillera deux expositions par année. Pour les cinq ans à venir, les expositions d'hiver seront consacrées au divisionnisme, au réalisme, au romantisme, à l'expressionnisme et au symbolisme.

Quant au cycle des expositions d'été, il sera centré sur le "surréalisme, les arts primitifs, les regards croisés entre artistes occidentaux et non occidentaux, la peinture corporelle et l'étonnante proximité des mondes gréco-romain et africain", précise la fondation.

L'exposition présentée du 22 décembre au 22 avril est centrée sur le divisionnisme européen. De Georges Seurat (1859-1891) à Giovanni Giacometti (1868-1933), elle réunit 106 tableaux français, belges, hollandais, allemands, suisses et italiens.

Amoureux de Crans-Montana

Le Français Pierre Arnaud (1922-1996) était un grand amoureux du plateau de Crans-Montana où il possédait notamment une demeure. Il a commencé à acquérir des oeuvres de l'école de Savièse. Après sa mort, sa famille a poursuivi la collection et créé la Fondation Pierre Arnaud.

Ouvert toute l'année, le centre d'art espère quelque 70'000 visiteurs par an et compte bien attirer notamment la clientèle de la station de Crans-Montana. "Comme il s'avère que les sports d'hiver seuls ne suffisent plus à contenter pleinement les vacanciers, notre offre culturelle tombe à point nommé", estime la fondation

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes