Pharrell Williams a conquis le public du Montreux Jazz en une heure

Pharrell Williams s'est produit lundi soir au Montreux Jazz Festival dans un auditorium Stravinski plein à craquer. Une opération séduction menée en une heure chrono mais qui a touché sa cible.

Jeans, t-shirt blanc, chapeau beige, baskets flashy. Lundi soir, Pharrell Williams, que d'aucuns appellent simplement Pharrell, a séduit un public acquis au festival. A l'issue de son concert, la foule scandait en choeur son "happiness".

L'artiste américain a interprété plusieurs de ses grands succès comme chanteur mais également producteur. "Drop it like it's hot", de sa collaboration avec Snoop Dogg, "Hollaback girls" chanté à son habitude par Gwen Stefani, "Move yourself to dance" sur lequel il est entré en scène, "Come get it to bae" et, pour conclure en beauté, ses trois hits du moment.

Le quadragénaire a en effet terminé son concert en alignant "Blurred Lines", "Get Lucky", son tube aux consonances disco-funk réalisé avec le duo casqué français Daft Punk et "Happy", un hymne au bonheur imité des centaines de fois aux quatre coins de la planète. De quoi mettre son public en extase.

Show chorégraphique

Entouré d'increvables danseuses, l'artiste a souvent offert des versions courtes de ses chansons avec un goût prononcé pour les fins abruptes. Entre quelques titres, il a par ailleurs tenu à rappeler ô combien il aimait les femmes à qui il dédiait cette année 2014. Des cris aigus n'ont pas tardé.

C'était la deuxième venue de Pharrell Williams au Montreux Jazz Festival. En 2008, il s'était déjà produit avec son groupe N.E.R.D. (No One Ever Really Dies) dans lequel il chante et joue de la batterie.

Expérimenté

Si l'artiste connaît aujourd'hui un succès planétaire, ce n'est pas un dernier venu dans le monde de la musique. Né en 1973, l'auteur-compositeur-interprète et homme d'affaires américain a fait ses premiers pas dans le milieu durant les années 90. Il forme avec l'un de ses amis d'enfance, Chad Hugo, le groupe "The Neptunes" et se lance dans la production. Un pari gagnant.

La star pop Britney Spears et le tube "I'm a slave 4 you" en 2001, c'est eux. Justin Timberlake et son "Rock your body", c'est eux. Leur son croisera aussi le chemin de Jay-Z, Sean Combs, Kelis ou encore Shakira. Son visage enfantin s'est surtout fait connaître du grand public par ses collaborations avec le rappeur Snoop Dogg sur "Beautiful" en 2003, ou en 2004 avec "Drop it like it's hot".

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes