Décès du célèbre bluesman Johnny Winter

Johnny Winter, le légendaire bluesman albinos, a été trouvé décédé dans la nuit de mardi à mercredi dans une chambre d'hôtel au nord de Zurich, a annoncé jeudi une porte-parole de la police cantonale zurichoise. Le procureur a ordonné une autopsie pour établir les causes de son décès.

"L'icône du blues du Texas Johnny Winter est mort à 70 ans. Il est décédé le 16 juillet dans sa chambre d'hôtel à Zurich. Sa femme, sa famille et les membres de son groupe sont bouleversés par la perte d'un être aimé et d'un des plus grands guitaristes du monde", souligne un texte des proches du musicien. Selon la porte-parole de la police, aucune indication de l'intervention d'une tierce personne dans son décès n'a été établie.

Génie précoce

John Dawson Winter II de son vrai nom était né le 23 février 1944 à Beaumont, dans le Texas, d'un père exploitant une plantation de coton. Il avait commencé à l'âge de cinq ans à jouer de la clarinette, puis plus tard plusieurs instruments dont la guitare.

Adolescent, il avait sorti son premier album dans une maison de disques de Houston à 15 ans seulement, et fondé son premier groupe avec son jeune frère Edgar, albinos comme lui.

Après avoir abandonné ses études pour tenter sa chance à Chicago, il était revenu dans sa ville d'origine pour y jouer avec plusieurs groupes et accompagner des stars du blues.

Célèbre pour sa maîtrise virtuose de la guitare et ses longs cheveux blancs, Johnny Winter avait accédé à la notoriété à la fin des années 1960 en jouant au Newport Jazz Festival aux côtés de B.B. King, l'une de ses idoles, ainsi qu'au festival de Woodstock.

Eloge de "Rolling Stone"

"The Progressive Blues Experiment" (1968) l'avait fait entrer dans la légende, tout comme un article très élogieux publié la même année dans le magazine spécialisé "Rolling Stone" où il était qualifié d'homme le plus électrisant, à côté de Janis Joplin.

Après le festival de Woodstock, Johnny Winter avait été obligé de s'arrêter plusieurs années, en raison de ses problèmes de drogue. Parmi ses titres les plus connus figure d'ailleurs "Still Alive and Well", dans lequel il évoquait l'addiction à l'héroïne qui a failli lui coûter la vie. Il avait ensuite repris sa carrière en 1973. Sa silhouette tatouée et fragile, presque brisée, contrastait sur scène avec une voix rauque, toute en force.

Parallèlement à sa carrière de musicien, Johnny Winter avait produit trois disques d'un autre de ses maîtres, Muddy Waters, en l'accompagnant également à la guitare. Lauréat de deux Grammy Awards, Johnny Winter avait été 74e sur la liste des cent meilleurs guitaristes de tous les temps, établie en 1988 par "Rolling Stone".

Dernier album en septembre

Malgré le déclin du blues, le guitariste était encore actif. Il aurait dû donner des concerts au mois d'août et son nouvel album, "Step Back", sortira le 2 septembre avec de prestigieux invités comme Ben Harper.

/ATS


Actualisé le