Les spectacles d'ouverture du festival de théâtre d'Avignon annulés

Grêle et grève au programme: Avignon, le plus prestigieux des festivals français, débute vendredi sous de mauvais auspices. Ses deux spectacles d'ouverture ont été annulés pour cause de grève en soutien aux intermittents du spectacle et de violents orages.

En revanche, les quatre spectacles programmés samedi restent pour l'instant à l'affiche, a dit à la presse Olivier Py, directeur du festival. "A ce jour, je peux vous dire que nous jouerons demain (samedi), je n'ai pas eu connaissance d'un préavis".

En assemblée générale jeudi soir, une majorité de salariés du festival ont voté en faveur de la grève ce vendredi, à l'appel de la CGT Spectacle, fer de lance de la protestation contre la nouvelle convention d'assurance-chômage durcissant les conditions d'indemnisation des intermittents.

Un vote des équipes travaillant sur les deux spectacles d'ouverture vendredi matin a confirmé cette décision. Par conséquent, "Le Prince de Hombourg", pièce mythique créée à Avignon par son fondateur Jean Vilar en 1951 avec Gérard Philipe, et "Coup fatal", un ballet d'Alain Platel avec des musiciens congolais, ne pourront être présentés.

Fléchissement des ventes

Olivier Py a précisé que le coût de ces annulations était de l'ordre de 29'000 euros, uniquement en billetterie.

Les spectateurs peuvent se faire rembourser, ou choisir une autre date, les spectacles n'étant pas complets, du fait du "léger fléchissement" des ventes sur fond de menace de grève, a-t-il précisé. "Le Prince de Hombourg" sera joué huit fois, du 5 au 13 juillet. Mais aucune représentation supplémentaire ne peut être organisée.

En accord avec les salariés, France 2 pourra tout de même diffuser la pièce qu'elle a enregistrée lors de la répétition générale jeudi soir, selon Olivier Py. En revanche, les orages qui commençaient de s'abattre vendredi après-midi pourraient compromettre les retransmissions prévues sur écran géant à Marseille, Avignon et Paris.

Respect

"Je respecte absolument le droit de grève, le combat des intermittents doit rester dans un cadre légal, même si pour le directeur du festival c'est difficile (...)", a déclaré le metteur en scène, dont c'est le premier Festival d'Avignon en tant que directeur.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes