Le documentaire suisse compense la faiblesse de la fiction

Personne ne va considérer 2012 comme une grande année pour le cinéma suisse. Pas même le chef de la section cinéma à l'Office fédéral de la culture (OFC), Ivo Kummer. Toutefois le succès du documentaire fait mieux que compenser les faiblesses de la fiction.Ainsi, au palmarès des dix films helvétiques les plus populaires de l'année, sept sont des documentaires. Un tel succès de ce genre cinématographique est "unique au monde", relève M. Kummer, contacté par l'ats. Par ailleurs, au début décembre, les productions indigènes occupaient 4,2 % du marché, contre 4 % à la même période il y a un an. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes