Giacometti redécouvert à Zurich à travers des dessins inédits

le Kunsthaus de Zurich propose dès vendredi de redécouvrir Alberto Giacometti (1901-1966) à travers les dessins et aquarelles qui l'ont vu grandir et les esquisses qui ont fait évoluer ses sculptures. Les 80 oeuvres exposées jusqu'au 25 mai sont issues de la collection du frère cadet de l'artiste grison, Bruno, léguée au musée en 2012.

Comme Bruno Giacometti, décédé il y a deux ans à l'âge de 105 ans, d'autres membres de la famille figurent sur une partie des dessins de jeunesse de la collection. Les portraits de son père Giovanni, peintre et graphiste, ainsi que son autre frère Diego, qui a travaillé avec Alberto, y prennent une place importante.

Autoportraits et copies

Les oeuvres les plus illustres du gymnasien Alberto Giacometti sont pourtant ses autoportraits: le chef couvert d'un béret basque sur une aquarelle de 1916 ou dans une pose académique et pleine d'assurance sur un dessin à l'encre brune en 1918. Les paysages de son Val Bregaglia natal sont également nombreux.

A cette époque, les copies d'oeuvres de Dürer, Hodler ou de son père Giovanni font partie de ses activités d'artiste en herbe. De plus en plus, le dessin devient un outil indispensable à Alberto Giacometti pour saisir le monde qui l'entoure et faire évoluer son art, explique la commissaire invitée Monique Meyer.

Rapport à l'espace

La deuxième partie de l'exposition présente diverses études de nus réalisées à Paris dans les années 1920 durant la formation académique de l'artiste, auprès du sculpteur Antoine Bourdelle notamment. Les traits légers et les lignes épaisses soulignent la plasticité des figures ainsi que les dimensions et les proportions des personnages dans leur rapport à l'espace qui les entoure.

Jeune adulte, Alberto Giacometti va toujours plus à l'essentiel dans la représentation du paysage. Ses portraits deviennent anguleux et stylisés. Ses dessins constituent une étape décisive dans le travail du sculpteur. La présence, dans la salle attenante, des sculptures du Grison appartenant au Kunsthaus permet de s'en rendre compte concrètement.

Figures longilignes

Les années du Giacometti le plus abouti sont représentées en fin d'exposition. Les visiteurs peuvent y découvrir "Quatre grandes femmes" (1960), un dessin qui esquisse les illustres figures longilignes du sculpteur. D'autres croquis spontanés réalisés sur des pages de livres ou du papier de journal montrent que l'artiste dessinait en toute occasion.

www.kunsthaus.ch

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes