Décès du guitariste gitan Manitas de Plata à 93 ans

Le guitariste gitan Manitas de Plata est décédé, à 93 ans, dans la nuit de mardi à mercredi dans une maison de retraite dans le sud de la France, a annoncé mercredi la famille. Plus important vendeur de disques de l'histoire en France, il avait popularisé la musique gitane et le flamenco dans le monde entier.

Ruiné, il était entré en août en maison de retraite où il est décédé entouré de ses proches, a précisé sa fille Françoise. De son vrai nom Ricardo Baliardo, il était né en août 1921 dans la roulotte familiale à Sète, où vivait une importante communauté gitane.

Son père était marchand de chevaux. Dès 9 ans, le garçon maîtrise la guitare sans savoir lire une note, encouragé par son oncle. Devenu Manitas de Plata (littéralement "petites mains d'argent" en espagnol, mais plutôt "doigts de fée"), le jeune gitan joue aux terrasses des cafés sur la Côte d'Azur.

Il commence à fréquenter le poète Jean Cocteau, les peintres Pablo Picasso et Salvador Dali et l'actrice Brigitte Bardot, tous passionnés du sud. Le photographe Lucien Clergue le recommande à des producteurs américains qui le convaincront d'aller jouer à New York. Il triomphe au Carnegie Hall.

Flambeur et ruiné

Amoureux des belles femmes et des grosses voitures, volontiers flambeur, Manitas de Plata consacre ses confortables revenus à l'entretien de sa "tribu". Jusqu'à 80 personnes vivaient de ses subsides: femmes, enfants, oncles, neveux... Il n'en restera rien à la fin de sa vie.

Il confiera avoir "plusieurs femmes illégitimes", sans savoir exactement combien d'enfants il a engendré: entre 24 et 28. Le guitariste en a reconnu au moins 13.

Considéré un temps comme l'artiste européen le plus connu au monde, Manitas de Plata laisse une oeuvre immense avec plus 80 disques enregistrés et 93 millions d'albums vendus à travers le monde.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus