Une pétition demande une application immédiate des nouveaux tests

Doris Leuthard devrait agir pour faire appliquer immédiatement à toutes les voitures diesel ...
Une pétition demande une application immédiate des nouveaux tests

Une pétition demande une application immédiate des nouveaux tests

Photo: Keystone

Doris Leuthard devrait agir pour faire appliquer immédiatement à toutes les voitures diesel neuves les nouveaux tests anti-pollution, plus stricts. Une pétition a été déposée mardi matin à Chancellerie fédérale.

Adressée à la ministre de l'environnement et des transports, cette lettre est signée par 7200 personnes, écrivent dans un communiqué l'Association transports et environnement (ATE), Médecins en faveur de l'Environnement (MfE) et la Fédération romande des consommateurs (FRC).

Elle demande que les autorités d'homologation n'autorisent la mise en circulation des voitures diesel neuves que si elles sont 'strictement conformes' à la norme anti-pollution Euro 6 d Temp. Et celles qui sont déjà en circulation doivent faire l'objet d'une mise à jour technique de leur système anti-pollution.

La nouvelle norme inclut une vérification du respect des valeurs-limites d'émissions sur route et plus seulement sur banc d'essai, rappellent les organisations, déplorant le fait qu'elle ne s'applique qu'aux modèles mis sur le marché à partir du 1er septembre prochain.

'Ainsi, toutes les autres voitures diesel neuves déjà sur le marché suisse ne devraient se conformer à cette norme qu'au bout d'une phase transitoire de deux ans'. ATE, MfE et FRC réclament la suppression de ce délai transitoire 'étant donné que ces voitures diesel neuves émettent en moyenne cinq fois plus d'oxydes d'azote que la valeur admise'.

'Une farce'

Selon les trois organisations, repousser de deux ans l'application de la norme Euro 6 d Temp pour ces véhicules signifie qu'environ 250'000 nouvelles voitures diesel rejetant de grandes quantités d'oxydes d'azote seraient autorisées à circuler en Suisse.

Citée dans le communiqué, la présidente de l'ATE et conseillère nationale PS Evi Allemann qualifie de 'farce' ce délai transitoire.

Inutile si la Suisse agit seule

Mme Allemann a déposé en juin 2017 une motion au Parlement en ce sens. Dans sa réponse du 23 août, le Conseil fédéral rejette la demande, estimant que l'introduction de cette norme sans délai desservirait la branche automobile suisse, sans apporter de garantie quant à la protection de l'air.

Les véhicules immatriculés à l'étranger, qui ne respecteraient pas la norme Euro 6d Temp, pourraient en effet continuer de rouler sur les routes suisses. Les émissions d'oxyde d'azote produites par les véhicules doivent être réglées et limitées dans le cadre d'une collaboration internationale, notamment avec l'Union européenne, afin que les mesures portent leurs fruits, argumente le Conseil fédéral dans sa réponse.

Revendication démesurée

L'association regroupant les importateurs automobiles, auto-suisse, refuse 'avec véhémence la revendication des organisations ATE, FRC et MFE'. 'L'introduction d'une nouvelle technologie requiert toujours une période de transition', relève son président François Launaz dans un communiqué publié mardi.

La période de transition de deux ans pour les véhicules existants est économiquement judicieuse et aucune autre solution ne serait possible sur le plan technique, indique-t-il. L'homologation de véhicules est soumise à des règles paneuropéennes, souligne auto-suisse, qui s'oppose fermement à l'introduction d'une solution 'isolée et bureaucratique' uniquement pour la Suisse.

Plainte collective

En septembre, la FRC lancera une vaste action collective contre Volkswagen (VW) avec ses partenaires européens, qui devrait déboucher sur un procès. 'Les Etats-Unis ont obtenu 14 milliards de dollars (13,4 milliards de francs) de VW. Il y a une tromperie du consommateur et en Europe, nous n'avons encore rien obtenu', soulignait en juillet la secrétaire générale, Sophie Michaud Gigon, sur les ondes de la RTS.

Volkswagen est accusé d'avoir utilisé un logiciel visant à manipuler les données portant sur les émissions polluantes de ses moteurs diesel. Environ 180'000 véhicules sont concernés en Suisse.

Aux Etats-Unis, le constructeur a accepté de verser 20 milliards de dollars au total, en particulier pour indemniser 500'000 automobilistes.

/ATS
 

Actualités suivantes