Un juge fédéral américain bloque l'impression d'armes en 3D

Un juge fédéral américain a bloqué mardi la diffusion sur internet des fichiers d'impression ...
Un juge fédéral américain bloque l'impression d'armes en 3D

Un juge fédéral américain bloque l'impression d'armes en 3D

Photo: KEYSTONE/AP Austin American-Statesman/JAY JANNER

Un juge fédéral américain a bloqué mardi temporairement la diffusion sur internet des fichiers d'impression de pistolets en 3D. Des Etats contestaient devant la justice un accord entre l'administration Trump et une organisation pro-armes à l'origine des manuels.

Saisi lundi en urgence, le juge de district Robert Lasnik du tribunal de Seattle, dans l'Etat de Washington, a estimé dans son injonction que la diffusion en ligne des fichiers permettant d'imprimer des armes intraçables porterait atteinte à la sécurité des Américains.

'Il y a des imprimantes 3D dans les universités et les lieux publics et il y a un risque de dommages irréparables', a souligné le magistrat au terme de l'audience d'une heure. Robert Lasnik a ordonné la suspension temporaire de la mise en ligne des fichiers en attendant de juger l'affaire sur le fond lors d'une prochaine audience, prévue le 10 août.

La diffusion de ces fichiers est désormais illégale, a-t-il ainsi statué. Le tribunal avait été saisi lundi par les procureurs généraux de huit Etats et de la capitale Washington pour empêcher la publication de ces manuels.

Déjà téléchargés

Fin juin, après une longue bataille judiciaire, le gouvernement fédéral a autorisé un groupe, Defense Distributed, à mettre en ligne des schémas numériques permettant de fabriquer depuis chez soi une arme à partir d'une imprimante 3D. L'objet est en plastique mais fonctionne comme une arme bien réelle.

Il est potentiellement intraçable et indétectable par les détecteurs de métaux. 'L'âge des armes téléchargeables commence réellement', promet le site du groupe, fondé par Cody Wilson, un libertarien âgé de 30 ans.

Originaire de l'Arkansas et imprégné de la culture sudiste des armes, Cody Wilson entend faire de son projet Defense Distributed 'un WikiLeaks des armes'. 'Les Américains ont le droit incontestable de partager cette information', a-t-il déclaré au magazine Wired, prêt à se rendre devant la justice pour défendre son projet.

Officiellement, la mise en ligne des programmes d'instruction devait intervenir le 1er août. Mais M. Wilson a indiqué mardi à Wired qu'il avait déjà publié les schémas le 27 juillet. Et, selon la revue, ils ont déjà été 'téléchargés des milliers de fois'.

Dans l'embarras

'Il est simplement fou de donner aux criminels les outils pour imprimer en 3D des armes intraçables et indétectables rien qu'en appuyant sur un bouton', s'est insurgée Barbara Underwood, procureure de l'Etat de New York, qui s'est jointe à la procédure devant la justice.

En saisissant lundi la justice fédérale, le procureur général de l'Etat Washington, Bob Ferguson, avait souligné que l'administration Trump n'avait fourni à ce jour aucune explication valable à sa décision du mois de juin.

L'embarras de la Maison Blanche est tel que Donald Trump avait lui-même dit mardi, avant que la décision de justice ne soit rendue, que la vente de pistolets en plastique n'avait à ses yeux 'pas beaucoup de sens'.

'Pas beaucoup de sens'

Le président américain a précisé avoir abordé le sujet avec la NRA, le puissant lobby des armes aux Etats-Unis, qui s'est elle-même fendu d'un communiqué rappelant que 'les pistolets en plastique indétectables sont interdits depuis 30 ans'. Un porte-parole de la Maison Blanche a abondé dans le même sens mardi: 'il est actuellement illégal de posséder ou de fabriquer une arme à feu en plastique quelle qu'elle soit, y compris celles fabriquées par une imprimante 3D'.

Le décalage entre le tweet du président et l'accord passé par son administration n'a pas manqué de faire tiquer l'opposition démocrate, déjà majoritairement favorable à davantage de contrôle. 'En effet, ça ne fait pas grand sens. Et ça ne fait pas grand sens que VOTRE ministère de la Justice et VOTRE département d'Etat aient autorisé la mise à disposition du public d'armes imprimables en 3D', a commenté Ed Markey, sénateur du Massachusetts.

/ATS
 

Actualités suivantes