Trump à Davos: pour certains, un camelot, pour d'autres, un génie

La presse suisse était partagée samedi sur la venue jeudi et vendredi du président américain ...
Trump à Davos: pour certains, un camelot, pour d'autres, un génie

Trump à Davos: pour certains, un camelot, pour d'autres, un génie

Photo: KEYSTONE/AP/MARKUS SCHREIBER

La presse suisse était partagée samedi sur la venue jeudi et vendredi du président américain Donald Trump au WEF. Pour certains médias, il n'a été qu'un 'camelot' venu à Davos vendre l'Amérique aux investisseurs. Pour d'autres, c'est 'un génie du marketing'.

Le Temps, comme toute la presse romande, se situe dans la première catégorie. Si, écrit-il, dans la première partie du Forum économique mondial (WEF), 'nombre d'intervenants se sont inquiétés de la fragmentation du monde (...) tout a basculé vendredi' avec le discours de Donald Trump. S'attribuant tous les mérites, le président américain s'est 'transformé en camelot, venu vendre sa réforme fiscale et dénoncer les réglementations', poursuit le quotidien. Son discours était 'aussi fade que puéril'.

Le journal lémanique place le point fort de la semaine lors de l'intervention mercredi du président français Emmanuel Macron. Il 'a pris toute la lumière grâce à sa vision très articulée d'un projet politique 'en même temps' libéral et social', ajoute Le Temps, regrettant toutefois une édition 'qui a pris trop de chemins de traverse pour donner une impression de cohérence'.

'Un bouillon réchauffé'

'A l'applaudimètre, c'est certain, il n'y a pas eu photo', relève La Liberté, qui note que le chef d'Etat français a eu droit à une ovation debout, alors que les applaudissements pour son homologue américain étaient 'brefs et polis'. Pour le quotidien fribourgeois, 'le grand oral du chantre du 'America First' s'est transformé en bouillon réchauffé', avec des engagements maintes fois rappelés sur la dérégulation et la réforme du système commercial international, 'précédés d'un énième autosatisfecit pour les 'énormes résultats' obtenus après seulement une année'. La Liberté coche tout de même un point positif: 'le ton sans agressivité et l'absence de nouvelles menaces' proférées par le républicain.

A l'instar du Temps, La Tribune de Genève n'a remarqué en M. Trump qu'un ''businessman' protectionniste' venu dans la station grisonne 'pour vendre l'Amérique aux investisseurs'. Le quotidien genevois voit pourtant une bonne nouvelle dans l'apparition du milliardaire new-yorkais à Davos: le président américain 'a, par défaut, donné du corps et du coeur à l'Europe' de M. Macron et de la chancelière allemande Angela Merkel, 'qui savent désormais qu'ils ne peuvent pas compter sur Washington pour avancer dans la bonne direction'. 'Merci de vos lumières, M. Trump. Merci d'être venus à Davos', conclut le journal.

Tout ça pour ça, s'émeut pour sa part le Blick, qui compare le déploiement logistique spectaculaire pour la venue du 45e locataire de la Maison-Blanche à son discours si peu spectaculaire. M. Trump 'a présenté son pays comme un publicitaire sous 'speed''. Pourtant, reconnaît le journal zurichois, 'la participation du président américain a été bonne pour le WEF, pour Davos, pour la Suisse. Le WEF n'a jamais été d'aussi haute tenue que cette année'.

'Une bonne performance'

Au contraire des médias romands, la Neue Zuercher Zeitung estime que 'Donald Trump a fait une bonne performance à Davos et s'est montré devant les élites présentes au WEF inhabituellement optimiste (...) Les pays de l'UE et la Suisse doivent faire attention à ne pas se laisser distancer (...) Les Etats-Unis ont une attitude beaucoup moins coincée avec l'entrepreneuriat'. Le journal libéral appelle l'Europe et la Suisse à résoudre leurs problèmes structurels et à oser de véritables réformes.

Pour la Basler Zeitung, 'Donald Trump est un génie du marketing (...) Rarement un visiteur à attiré autant l'attention à Davos, rarement un hôte a provoqué pour Davos et pour la Suisse un intérêt aussi grand dans le monde'. Le journal loue également l'attitude du président de la Confédération helvétique, Alain Berset, qui a accueilli son homologue américain en tant qu'homme d'Etat. Le socialiste fribourgeois, le fondateur et président exécutif du WEF, Klaus 'Schwab - et M. Trump - ont rendu de grands services à notre pays'.

Le Tages-Anzeiger remarque, quant à lui, que le président américain a été très applaudi. 'L'attitude dévote nuit cependant à la réputation de l'événement', s'inquiète le journal. 'La volonté manifeste de suivre le programme nationalo-égoïste du président américain pour simplement accroître les opportunités d'affaires a fait apparaître l'élite des affaires sous un mauvais jour'.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus