Tour de vis contre les criminels sur les domaines .ch et .swiss

Dès novembre, il sera possible de bloquer les sites suisses qui tentent de hameçonner les internautes ...
Tour de vis contre les criminels sur les domaines .ch et .swiss

Tour de vis contre les criminels sur les domaines .ch et .swiss

Photo: Keystone

Dès novembre, il sera possible de bloquer les sites suisses qui tentent de hameçonner les internautes (phishing) ou de diffuser des logiciels malveillants, et ceux qui les soutiennent. Le Conseil fédéral a revu vendredi la réglementation.

La révision de l'ordonnance sur les domaines internet précise aussi les mesures provisionnelles à disposition des autorités: par exemple demander que le trafic vers une adresse internet potentiellement dangereuse leur soit dévié. Cela permettra d'identifier les serveurs infectés, d'informer les victimes, mais aussi d'analyser le fonctionnement de l'activité criminelle pour mieux la combattre.

Domaines sûrs malgré tout

Le gouvernement souligne que les dispositions visant à lutter contre la cybercriminalité par le biais des noms de domaines .ch et .swiss, en vigueur depuis 2010, se sont révélées efficaces: ces domaines 'figurent parmi les plus sûrs au monde'.

Mais les techniques des cybercriminels se développant constamment, il a fallu adapter l'ordonnance. Ces nouvelles bases légales faciliteront en outre l'assistance administrative et la coopération avec les milieux privés qui combattent la cybercriminalité.

Domaine .swiss exclusif

Par ailleurs, il sera désormais possible de refuser d'attribuer des adresses en .ch ou .swiss lorsqu'elles pourraient viser des buts illicites. Les adresses .swiss demeurent réservées aux personnes inscrites en tant qu'entreprises individuelles au Registre du commerce. Les personnes physiques ne peuvent y prétendre.

'Une ouverture générale menacerait l'image et le positionnement actuels du .swiss au niveau national et international', justifie le gouvernement, qui se réserve désormais la compétence de décider d'élargir le cercle des titulaires possibles.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus