Suspension de la direction de CarPostal

La direction de CarPostal a été suspendue suite aux irrégularités constatées dans l'affaire ...
Suspension de la direction de CarPostal

Suspension de la direction de CarPostal

Photo: KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

La direction de CarPostal a été suspendue suite aux irrégularités constatées dans l'affaire CarPostal, a indiqué lundi La Poste. La directrice de La Poste Susanne Ruoff avait annoncé sa démission dimanche.

Le rétablissement sur le long terme des rapports de confiance ne pourra se faire qu'avec une nouvelle direction, a expliqué le président du conseil d'administration de La Poste, Urs Schwaller, lors d'une conférence de presse.

Et d'ajouter, selon un communiqué: 's'agissant des personnes à qui incombait une responsabilité particulière, qui ont participé au système ou qui ne sont pas intervenues au fil des ans malgré l'existence de nombreux indices, le lien de confiance nécessaire à la poursuite de la collaboration est rompu'.

La direction ad interim de La Poste sera assurée par Ulrich Hurni, responsable de PostMail et suppléant de la démissionnaire Susanne Ruoff. M. Schwaller a aussi annoncé l'examen d'un retrait programmé de l'activité du transport de voyageurs en France.

Urs Schwaller s'est montré abasourdi par ces agissements, que rien ne saurait justifier. C'est une rupture de confiance inacceptable pour une entreprise qui appartient à 100% à la Confédération. Cette dernière ainsi que les cantons, les contribuables et les partenaires commerciaux ont été induits en erreur.

Plus de 78 millions

Le scandale de Carpostal a été révélé au public en février dernier. Dans le cadre d'une révision, l'Office fédéral des transports a découvert que la filiale de La Poste avait réalisé des bénéfices dans un domaine subventionné. Il a mis au jour des transferts illégaux de coûts et de produits du transport régional indemnisé vers d'autres secteurs entre 2007 et 2015.

CarPostal a encaissé pour plus de 78 millions de francs d'indemnités en trop de la part des cantons et de la Confédération durant ces années. Certaines sources évoquent encore 30 millions pour 2016 et 2017. Le pot aux roses a été découvert grâce à un examen minutieux de milliers d'écritures comptables. Selon l'OFT, il n'y a pas eu d'enrichissement personnel.

Outre le rapport interne commandé par La Poste et rendu public lundi, Fedpol a ouvert une procédure pénale administrative le 2 mars. Le Contrôle fédéral des finances s'intéresse également à l'entreprise. Le DETEC a également mis sur pied une 'task force' qui doit évaluer s'il y a lieu d'agir au niveau de la Confédération en tant que propriétaire. Le Conseil fédéral a annoncé lundi qu'il n'accordait qu'une décharge restreinte au conseil d'administration de La Poste.

/ATS