Simonetta Sommaruga défend la loi sur les jeux d'argent

La loi sur les jeux d'argent offre des garanties contre les risques liés à ces pratiques. Elle ...
Simonetta Sommaruga défend la loi sur les jeux d'argent

La loi sur les jeux d'argent offre des garanties contre les risques liés à ces pratiques. Elle ne restreint pas la liberté d'information et assure des revenus à l'AVS. Simonetta Sommaruga a lancé lundi la campagne en vue de la votation du 10 juin.

Avec la nouvelle loi, les casinos suisses pourront proposer des jeux d'argent en ligne; les sites étrangers seront en revanche bloqués. Pour les opposants à la loi, il s'agit d'une grave atteinte à la liberté économique et d'information.

Le blocage devrait être remplacé par un système libéral où toutes les entreprises remplissant les conditions légales devraient pouvoir utiliser la toile comme marché. Les milieux référendaires estiment en outre que les blocages de réseaux sont trop facilement contournables.

Nécessité d'encadrer

Selon la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, les offres qui n’ont pas été autorisées en Suisse ne contribuent en rien au bien commun. Elles ne sont pas non plus tenues de prendre des mesures pour prévenir la dépendance au jeu, l’escroquerie ou le blanchiment d’argent.

La Suisse ne ferait pas cavalier seul en recourant au blocage. Dix-sept pays européens se sont déjà lancés sur cette voie. Bloquer l’accès à un site de jeux non autorisés ne signifie en outre pas empêcher quelqu’un d’accéder à une information ou d’exprimer librement une opinion, assure la ministre de justice et police.

Selon elle, la nouvelle loi a d'autres avantages. Elle renforce la protection contre le jeu excessif. Comme les maisons de jeu, les sociétés de loterie devront à l’avenir exclure des jeux les personnes dépendantes. Seuls les opérateurs qui se conforment à la législation suisse auront accès au marché helvétique.

La lutte contre le blanchiment d’argent est également renforcée. Le danger de manipulation de paris sportifs sera réduit. Parallèlement la nouvelle loi confirme la responsabilité des cantons s’agissant des loteries et des paris sportifs. Elle leur permettra par ailleurs d’autoriser des petits tournois de poker.

Argent pour l'AVS

Enfin, la loi veille à ce que les exploitants ne conservent pas tous leurs bénéfices mais en reversent une partie pour le bien commun. Chaque année, près d’un milliard de francs issus des jeux de casino, des paris sportifs et des loteries reviennent à l’AVS/AI (276 millions), aux cantons d’implantation des maisons de jeu (47 millions) et à un grand nombre d’organisations d’utilité publique (630 millions).

/ATS