Siemens veut supprimer 6900 emplois, dont la moitié en Allemagne

L'industriel allemand Siemens veut supprimer quelque 6900 emplois 'dans les prochaines années' ...
Siemens veut supprimer 6900 emplois, dont la moitié en Allemagne

Siemens veut supprimer 6900 emplois, dont la moitié en Allemagne

Photo: KEYSTONE/EPA/LUKAS BARTH

L'industriel allemand Siemens veut supprimer quelque 6900 emplois 'dans les prochaines années'. La moitié d'entre eux seront biffés en Allemagne, dans les branches énergie et automatisation.

'Siemens répond à l'accélération rapide des changements structurels dans la production d'énergies fossiles et le secteur des matières premières', explique le groupe, qui emploie 351'000 salariés dans le monde, dans un communiqué.

En plus des fermetures de sites et réductions de personnel prévues en Allemagne, ce plan prévoit 1100 suppressions de postes dans le reste de l'Europe et 2500 hors Europe, dont 1800 aux Etats-Unis.

La Suisse ne devrait pas être touchée par la restructuration, car elle ne possède pas de sites de production dans les divisions touchées, a précisé à l'ats un porte-parole.

Le conglomérat allemand, qui produit aussi bien des turbines à gaz et des éoliennes que des locomotives, évoque le bouleversement né de la montée en puissance 'rapide' des énergies renouvelables, 'qui mettent sous pression croissante les autres formes de production d'énergie'.

Chute de la demande

Siemens, qui avait déjà taillé dans sa branche énergie dans le cadre d'une vaste restructuration engagée en 2013, souligne la 'chute drastique' de la demande mondiale pour les plus grandes turbines à gaz, évaluée à 'environ 110 turbines par an' quand les capacités actuelles, tous producteurs confondus, sont estimées à '400 turbines' annuelles.

Dans le détail, le groupe va notamment fermer ses sites de Görlitz (720 emplois) et Leipzig (200 emplois), dans l'est de l'Allemagne, supprimer 640 postes à Mülheim (ouest) et 300 sur son site historique de Berlin et fusionner ses unités d'Offenbach (ouest) et Erlangen (centre).

Le géant allemand entend cependant éviter les licenciements en 'transférant autant que possible les personnes concernées' par la restructuration vers ses 3200 postes vacants.

Siemens, qui a réalisé un bénéfice net de 6,2 milliards d'euros (7,2 milliards de francs) sur son exercice 2016/17, précise par ailleurs qu'il va 'continuer à investir' dans les activités en croissance et qu'il a embauché.

/ATS