Ruag franchit les 2 milliards de recettes mais subit une perte

Le groupe Ruag, scindé en deux entités en début d'année, a franchi en 2019 les 2 milliards ...
Ruag franchit les 2 milliards de recettes mais subit une perte

Le groupe Ruag, scindé en deux entités en début d'année, a franchi en 2019 les 2 milliards de chiffre d'affaires. La dissociation des activités et la cession d'autres a cependant entraîné des charges qui ont fait basculer les comptes dans le rouge.

La perte nette s'est élevée à 25 millions de francs, à comparer au bénéfice de 74 millions dégagé en 2018, indique mercredi le groupe bernois. Le conseil d'administration propose à la Confédération, actionnaire unique, de renoncer au dividende. Au titre de 2018, l'entreprise avait versé un montant de 30 millions.

Le résultat avant intérêts et impôts (Ebit) est également négatif, à hauteur de 7 millions (+106 millions l'année précédente).

Cette contreperformance est imputable aux coûts de dissociation de Ruag. La décision liée de vendre certains pans de l'activité internationale a également pesé. Cet ajustement du portefeuille a entraîné des charges exceptionnelles pour le programme relatif à la fabrication de l'avion Dornier 228, précise le communiqué.

Les entrées de commandes ont plongé de près de 15% à 1,89 milliard de francs, pour un carnet d'ordres de 1,63 milliard (-8,9%). Ruag affirme les nouveaux contrats demeurent à un 'niveau élevé'.

Le chiffre d'affaires a grappillé quelques millions (+0,2%), suffisamment pour se hisser au-delà de la marque des 2 milliards. La croissance ajustée des effets de change et des désengagements a atteint 3,4%.

Trésorerie renforcée

A fin 2019, Ruag affichait une trésorerie disponible de 237 millions de francs, bien supérieure aux 134 millions détenus douze mois auparavant.

Dans le détail des divisions, Ruag Space, Ruag Ammotec et Ruag MRO Suisse ont dégagé des bénéfices. L'unité destiné à la vente Ruag MRO International ainsi que Ruag Aerostructures ont plongé dans le rouge, plombées par des charges exceptionnelles, note l'entreprise.

En début d'année, le groupe a été scindé en deux entités, MRO Suisse, qui travaille pour l'armée suisse, et Ruag International, en voie de privatisation.

'Nous laissons derrière nous un exercice exigeant' a commenté le directeur général intérimaire de Ruag International Urs Kiener, cité dans le communiqué.

La vente de toutes les unités d'affaires regroupées au sein de MRO International ainsi que de Ruag Ammotec constitue toujours un des objectifs, note le groupe bernois. Ce dernier est encore à la recherche d'un nouveau directeur général pour Ruag International, destiné à devenir un groupe aérospatial mondial.

Pour 2020, Ruag s'attend à de nouvelles charges résultats de la transformations du groupe, auxquelles il faudra ajouter les effets négatifs du coronavirus. Ces éléments vont affecter le résultat d'exploitation de Ruag International et de MRO Suisse.

/ATS