Rentabilité et bénéfice semestriels en nette baisse pour Geberit

Le spécialiste des techniques sanitaires Geberit a souffert au 1er semestre de la pandémie ...
Rentabilité et bénéfice semestriels en nette baisse pour Geberit

Rentabilité et bénéfice semestriels en nette baisse pour Geberit

Photo: KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT

Le spécialiste des techniques sanitaires Geberit a souffert au 1er semestre de la pandémie de Covid-19, mais également d'effets de change négatifs. La rentabilité et le bénéfice net se sont fortement contractés. L'incertitude demeure pour la deuxième partie d'année.

Le bénéfice net a chuté de 14% à 315 millions de francs, indique Geberit mardi. Au niveau de la rentabilité, le résultat brut d'exploitation (Ebitda) s'est inscrit à 462 millions, en recul de 7,8%, et le bénéfice avant intérêts et impôts (Ebit) a baissé de 10,5% à 386 millions.

Malgré une dégradation généralisée de ces indicateurs, les chiffres publiés par Geberit sont meilleurs qu'attendu. Le consensus AWP s'attendait à un bénéfice net de 310 millions de francs, un Ebitda à 446 millions et un Ebit de 377 millions.

Autre point positif, la marge opérationnelle brute (Ebitda) a gonflé de 70 points de base à 31,5%. Cette amélioration s'explique par une implémentation rapide des mesures destinées à lutter contre le coronavirus, des ajustements de tarifs, le bas niveau des prix des matières premières et la couverture contre les fluctuations de change, énumère le communiqué.

Au cours des six premiers mois de l'année, les investissements se sont élevés à 55 millions de francs, soit 3,7% du total des ventes, injectés principalement dans les infrastructures. La part du chiffre d'affaires dévolue aux investissements s'était élevée à 3,2% entre janvier et juin 2019.

Prévisions 2020 difficiles

Les dépenses pour la recherche et développement sont restées plus ou moins stables à 38 millions, ce qui représente 2,6% des revenus (2,4% au premier semestre 2019).

Geberit avait déjà levé le voile sur ses ventes semestrielles début juillet. Celles-ci ont reculé de 9,8% à 1,47 milliard de francs. La variation ajustée des effets de change s'est fixée à -4,5%.

La direction estime qu'il demeure difficile de fournir des prévisions pour l'exercice 2020 dans son ensemble. Une normalisation est attendue dans le secteur du bâtiment en deuxième partie d'année, malgré une situation toujours difficile dans les projets immobiliers non résidentiels.

Pour le second semestre, le groupe table sur un chiffre d'affaires ajusté des effets de change légèrement inférieur en comparaison annuelle. Pour 2020, la marge Ebitda devrait quelque peu s'étioler.

/ATS