Raiffeisen boucle le premier semestre en léger retrait

Raiffeisen a vu ses résultats se contracter légèrement sur les six premiers mois, malgré une ...
Raiffeisen boucle le premier semestre en léger retrait

Raiffeisen boucle le premier semestre en léger retrait

Photo: KEYSTONE/TI-PRESS/DAVIDE AGOSTA

Raiffeisen a vu ses résultats se contracter légèrement sur les six premiers mois, malgré une hausse des recettes. La coopérative évoque un semestre 'contrasté', marqué par la polémique autour de la gouvernance d'entreprise, dans le sillage de l'affaire Pierin Vincenz.

Entre janvier et juin, le produit d'exploitation a progressé de 0,5% pour s'établir à 1,63 milliard de francs, alors que les charges ont été diminuées de 0,7% à 1 milliard tout rond, indique mercredi la troisième banque du pays dans un communiqué. Le ratio coûts/revenus a ainsi pu être ramené à 61,1%, soit 70 points de base (pb) de mieux qu'un an plus tôt.

Le résultat opérationnel en revanche accuse un repli de 2,7% à 517 millions, et le bénéfice net de 4,1% à 416 millions.

Au bilan, les prêts et crédits à la clientèle s'inscrivaient fin juin à 184,87 milliards de francs, en hausse de 2,4% par rapport au bouclement de 2017, dont 176,26 milliards (+2,1%) de créances hypothécaires. Pendant la période sous revue, les actifs sous gestion (AuM) se sont étoffés de 0,5% et dépassent désormais les 210 milliards.

Phase mouvementée

'Le maintien de la capacité bénéficiaire et l'évolution favorable des opérations hypothécaires démontrent clairement que le groupe Raiffeisen a encore une fois très bien géré la situation cette année', estime Patrik Gisel, le patron du groupe, qui a annoncé sa démission pour la fin de l'année.

Revenant sur les remous causés par l'affaire Pierin Vincenz, du nom de son ancien directeur général (CEO) soupçonné de s'être enrichi personnellement lorsqu'il présidait la société de cartes de crédit Aduno, la banque dit avoir 'vécu une phase mouvementée'.

Rappelant la fin de la procédure d'examen approfondi (enforcement) de la part de l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (Finma) à son égard, le groupe assure avoir d'ores et déjà pris la plupart des mesures d'améliorations figurant dans le rapport de cette dernière dans le cadre de sa gouvernance d'entreprise.

Pour la suite des opérations, la direction de l'établissement dit s'attendre à une évolution conjoncturelle stable, et estime que 'le contexte difficile des faibles taux en Suisse ne changera sans doute pas de sitôt' et que de ce fait la pression sur les marges d'intérêt devrait perdurer.

/ATS