Première ligne de transport public automatisée de Suisse

Les deux navettes autonomes de Marly (FR) sont entrées en fonction officiellement vendredi ...
Première ligne de transport public automatisée de Suisse

Première ligne de transport public automatisée de Suisse

Photo: Keystone

Les deux navettes autonomes de Marly (FR) sont entrées en fonction officiellement vendredi. C'est la première fois en Suisse qu'une telle navette figurera à l'horaire régulier.

Ces minibus électriques automatisés relient le quartier du Marly Innovation Center (MIC) au réseau des Transports publics fribourgeois (TPF). Ils couvrent en 7 minutes un trajet de 1,3 kilomètre avec quatre arrêts. Ils ont une autonomie de 8 heures.

Bridés à 25 km/h, ils peuvent atteindre 18 km/h sur un petit tronçon droit, mais roulent en général à quelque 10 km/h. Ils sont guidés par un système de géopositionnement et des radars. S'ils sont confrontés à un obstacle, ils s'arrêtent et klaxonnent.

Chacun de ces véhicules mesure environ 5 mètres de long pour 2 mètres de large et peut accueillir onze passagers. Un 'groom' est présent pour aider les personnes à mobilité réduite, assurer la sécurité et passer en pilotage manuel en cas de besoin.

Un test

En semaine, les navettes circuleront toutes les sept minutes aux heures de pointe et à la demande le reste du temps. Le week-end, elles rouleront sur demande spéciale. La ligne sera d'abord en phase de test et gratuite, puis elle sera intégrée à l'horaire général des transports publics le 10 décembre et deviendra payante.

Ce projet pilote permet de tester la desserte du dernier kilomètre, notent les TPF. Selon eux, la navette automatisée pourrait garantir un accès au réseau pour les quartiers isolés lorsque les variantes conventionnelles sont trop onéreuses.

L'entreprise française Navya a conçu les navettes. La jeune entreprise Bestmile, basée à l'EPFL, a développé la plateforme nécessaire à leur fonctionnement. La Haute école d'ingénieurs et d'architecture de Fribourg fera des rapports de suivi.

L'investissement s'est monté à 700'000 francs, auxquels s'ajoutent les frais d'exploitation et d'aménagement. Les coûts sont répartis entre les TPF, le canton, le MIC, l'Agglomération de Fribourg et la commune de Marly.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus