Poutine évoque une « avancée » sur les céréales ukrainiennes

Le président russe Vladimir Poutine a affirmé mardi que la médiation turque avait permis une ...
Poutine évoque une « avancée » sur les céréales ukrainiennes

Poutine évoque une

Photo: KEYSTONE/EPA/SERGEY KOZLOV

Le président russe Vladimir Poutine a affirmé mardi que la médiation turque avait permis une avancée sur les exportations de céréales, qui sont, selon Kiev, bloquées Moscou. Mais il a exigé en échange une levée des restrictions occidentales sur les céréales russes.

A Téhéran, où il avait été convié pour des pourparlers avec ses homologues iranien Ebrahim Raïssi et turc Recep Tayyip Erdogan sur la Syrie et l'Ukraine, le président russe a affirmé qu'il y avait un progrès sur la question de l'exportation par mer des millions de tonnes de céréales ukrainiennes, qui manquent à l'équilibre alimentaire mondial.

'Grâce à votre médiation, nous sommes allés de l'avant', a-t-il dit à M. Erdogan. 'Toutes les questions ne sont pas encore réglées, c'est vrai, mais il y a du mouvement et c'est une bonne chose', a ajouté le maître du Kremlin. Dans la soirée, M. Poutine a toutefois jeté un doute sur ces avancées, en liant l'exportation de la production agricole ukrainienne à une levée des restrictions occidentales sur les céréales russes.

Débloquer 'certains fonds'

'Nous faciliterons l'exportation des céréales ukrainiennes, mais en partant du fait que toutes les restrictions liées aux livraisons aériennes à l'export des céréales russes soient levées', a affirmé le président russe, à l'issue des pourparlers.

La Russie a soufflé le chaud et le froid ces dernières semaines sur ces exportations cruciales notamment pour le continent africain, affirmant ne pas s'y opposer tout en accusant les sanctions occidentales et en posant des conditions que l'Ukraine refuse en l'état, comme le déminage de ses ports et couloirs maritimes.

Pour Washington, la rencontre de Téhéran prouve l'isolement croissant de la Russie. 'Cela montre à quel point M. Poutine et la Russie sont de plus en plus isolés. Ils doivent maintenant se tourner vers l'Iran pour obtenir de l'aide', a déclaré John Kirby, qui coordonne la communication de la Maison-Blanche sur les questions stratégiques.

Dernier épisode de cet immense bras de fer: la Commission européenne a proposé aux Etats membres de débloquer 'certains fonds' de banques russes gelés par les sanctions de l'UE pour aider la reprise du commerce des produits agricoles et alimentaires, y compris le blé et les engrais, selon un document consulté mardi par l'AFP.

L'UE 'veut qu'il soit parfaitement clair que rien dans les sanctions ne freine le transport de céréales hors de Russie ou d'Ukraine', a déclaré à l'AFP un diplomate européen sous couvert d'anonymat.

Missiles sur Kramatorsk

Sur le terrain, un missile est tombé en fin de matinée dans un petit jardin entouré de barres d'immeubles de quatre étages, en plein centre-ville de Kramatorsk (est), ont constaté les journalistes de l'AFP. 'A ce stade nous avons un mort', a déclaré le porte-parole de la mairie de la ville, tandis qu'un haut responsable de la police a fait état de six blessés.

La Russie avait annoncé samedi avoir officiellement mis fin à la 'pause opérationnelle' de son armée décrétée quelques jours plus tôt, et les bombardements ont repris avec plus d'intensité sur les villes du Donbass.

Les troupes russes ont ainsi touché des bâtiments résidentiels à Avdiivka, Soledar et Bakhmout, selon la présidence ukrainienne, qui recensait mardi 'deux frappes de missiles sur Toretsk', ainsi que 'des bombardements de zones industrielles'.

Près de Bakhmout, l'armée ukrainienne affirme avoir 'repoussé avec succès' plusieurs 'tentatives d'assaut'. Les forces russes affirment avoir tué 60 soldats ukrainiens à Dolina, dans la même zone.

Limogeages

Dans la région d'Odessa, les forces russes ont tiré sept missiles, blessant au moins six personnes dont un enfant, selon la présidence ukrainienne. Le ministère russe de la défense a pour sa part affirmé que ses frappes sur Odessa avaient détruit un stock de munitions fournies par les Occidentaux.

Le Parlement ukrainien a validé mardi le limogeage du chef des services de sécurité (SBU) Ivan Bakanov et de la procureure générale Iryna Venediktova, proposé dimanche par le président Volodymyr Zelensky. Ce dernier leur a reproché des efforts insuffisants en matière de la lutte contre les espions russes et collaborateurs de Moscou.

Les services ukrainiens cherchent aussi à identifier ceux, parmi la population, qui aident les artilleurs russes à ajuster leurs tirs, ou leur signalent des cibles. Vitali Kim, gouverneur de la région de Mykolaïv (sud), constamment bombardée, a ainsi annoncé mardi une prime de 100 dollars pour ceux qui aideront à identifier ces indics.

/ATS
 

Actualités suivantes