Orell Füssli en quête de jouvence après un demi-millénaire

Orell Füssli a lancé lundi les célébrations pour son demi-millénaire d'existence. La plus vieille ...
Orell Füssli en quête de jouvence après un demi-millénaire

Orell Füssli en quête de jouvence après un demi-millénaire

Photo: KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA BELLA

La maison d'édition Orell Füssli a lancé lundi les célébrations pour ses 500 ans d'existence. La plus vieille des sociétés cotées sur la place zurichoise ne saurait toutefois se reposer sur des lauriers, de surcroît un peu flétris ces dernières années.

'Notre longue tradition constitue une obligation pour nous de travailler à l'avenir de l'entreprise', a ainsi confirmé lundi devant la presse le directeur général sur le départ, Martin Buyle. La recherche de son successeur, à compter de fin septembre de cette année, avait été annoncée en décembre dernier parallèlement à un examen approfondi du modèle d'affaires du vénérable imprimeur et libraire zurichois.

La vente de livres a en effet vu ses recettes s'éroder d'un cinquième au cours des dix dernières années. Les marges se sont étiolées progressivement sous l'impact de la numérisation des contenus et de la concurrence des géants de la distribution en ligne.

L'impression de billets de banque reprend des couleurs

L'impression de billets de banque a repris des couleurs ces derniers temps, grâce essentiellement à la Banque nationale suisse (BNS). Actionnaire à hauteur d'un bon tiers, l'institut d'émission renouvelle en effet depuis 2016 progressivement l'ensemble des coupures en circulation.

Martin Buyle a dit regarder en arrière avec un étonnement emprunt de respect. Une existence aussi longue est possible grâce à l'innovation, la proximité avec les clients et la passion des collaborateurs, mais il faut aussi un petit peu de chance et un environnement politique stable, selon lui.

L'entreprise a été fondée en 1519 par Christoph Froschauer, un imprimeur bavarois immigré dans la ville des bords de la Limmat. Il devient l'éditeur du réformateur Ulrich Zwingli, nommé au Grossmünster cette même année. En 1531 est publiée la 'Bible de Zurich' ou 'Bible Froschauer', véritable chef-d'oeuvre.

Mort de la peste

Christoph Froschauer est mort de la peste en 1564. Il a imprimé plus de 700 livres, ainsi que des publications officielles et des cartes. Il n'a pas travaillé que pour Zwingli, mais aussi pour Erasme et Luther.

Aujourd'hui, l'édition est l'une des quatre divisions du groupe zurichois, qui s'est donc diversifié dans l'impression sécurisée. Son chiffre d'affaires atteint environ 250 millions de francs et il compte 800 employés dans cinq pays.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus