Montana Aerospace veut entrer à la Bourse suisse

L'industriel argovien Montana Aerospace prévoit de se faire coter à la Bourse suisse, avec ...
Montana Aerospace veut entrer à la Bourse suisse

Montana Aerospace veut entrer à la Bourse suisse

Photo: KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER

L'industriel argovien Montana Aerospace prévoit de se faire coter à la Bourse suisse, avec l'objectif de lever 400 millions d'euros bruts.

Deux investisseurs institutionnels internationaux, non identifiés, ont d'ores et déjà annoncé vouloir souscrire pour 113 millions d'euros de nouvelles actions au prix définitif de l'offre et en échange d'une allocation garantie, selon un communiqué publié vendredi.

Dans le cadre de l'entrée en Bourse, l'entreprise prévoit une augmentation de capital et une émission de nouvelles actions. Une option de surallocation de jusqu'à 15% des nouvelles actions émises est également prévue.

La maison-mère Montana Tech Components prévoit de rester l'actionnaire majoritaire de Montana Aerospace, comme cela est le cas pour ses autres participations dans Varta et Aluflexpack.

Montana Aerospace, dont le siège est à Reinach et qui emploie 4800 personnes au niveau international, a dégagé l'année dernière un chiffre d'affaires net de 614 millions d'euros et un résultat brut d'exploitation (Ebitda) ajusté de 45 millions. La société affiche par ailleurs un carnet de commandes de 4,2 milliards dans les secteurs de l'aéronautique et de l'automobile.

Espoirs de croissance

Sans détailler de chiffres, Montana Aerospace table sur une 'croissance organique élevée, qui s'appuie sur une hausse des commandes à long terme malgré la crise', a-t-elle ajouté dans le communiqué.

La société estime que 'malgré la crise du Covid-19, l'industrie aérospatiale reste un des secteurs industriels et de croissance les plus critiques' et devrait bénéficier d''une forte demande de renouvellement et d'expansion de la flotte pour les 20 prochaines années'.

Montana Aerospace veut consacrer environ 40% du produit net de l'introduction en Bourse pour de la croissance organique, avec des investissements dans des machines et l'expansion des capacités. Les 60% restants doivent être utilisés pour des projets de fusion et d'acquisition, notamment pour consolider la chaîne d'approvisionnement.

L'entreprise, dirigée par Markus Nolte, est présente sur 28 sites à travers le monde, dans des pays à faible coût de production, et propose ses solutions d'usinage dans les domaines de l'aéronautique, de la mobilité électrique et de l'énergie. Elle est spécialisée dans des matériaux comme le titane, l'aluminium et les composites, ainsi que des composants complexes en acier et en cuivre.

/ATS