Minute de silence pour l'employé des CFF mort à Baden (AG)

Plusieurs centaines de collègues du chef de train décédé à Baden (AG) ont observé une minute ...
Minute de silence pour l'employé des CFF mort à Baden (AG)

Minute de silence pour l'employé des CFF mort à Baden (AG)

Photo: KEYSTONE/WALTER BIERI

Plusieurs centaines de collègues du chef de train décédé à Baden (AG) ont observé une minute de silence vendredi dans la gare de Zurich. A 13h00, les klaxons des locomotives ont retenti dans la gare.

Les employés ont accompagné les klaxons avec leurs sifflets. Le silence a ensuite régné pendant un moment dans la gare. Les personnes présentes ont signé un livre de condoléances. 'C'est une horrible tragédie. Il va nous manquer', a déclaré un collègue du disparu lors d'une courte allocution.

L'accident s'est produit dimanche à 00h10 à la gare de Baden. Au moment du départ du train InterRegio qui reliait Bâle à Zurich, le contrôleur âgé de 54 ans a été coincé dans la porte et traîné par le convoi.

Enquête du SESE

La cause de l'accident fait l'objet d'une enquête du Service suisse d'enquête de sécurité (SESE). La direction de CFF voyageurs a décidé de revoir immédiatement le processus d'expédition des trains avant même de connaître les résultats des analyses en cours. Les portières de type EW IV, des voitures à un étage sans plancher surbaissé, feront l'objet d'un contrôle de suivi approfondi.

Le système qui doit éviter qu'une personne reste coincée dans la porte n'a pas fonctionné, selon Philippe Thürler, suppléant du chef du domaine rail et navigation du SESE. Le système de fermeture de la porte ne s'est pas désactivé lorsqu'elle s'est refermée sur le contrôleur.

Le Syndicat du personnel des trains exige l'arrêt de l'utilisation du type de voiture des CFF impliqué dans l'accident. Les CFF utilisent 493 voitures de type EW IV dans toute la Suisse.

Voitures contrôlées d'ici dix jours

Le patron des CFF Andreas Meyer a déclaré jeudi que toutes les voitures de ce type allaient être contrôlées d'ici à dix jours. S'ils étaient tous retirés de la circulation, la compagnie ferroviaire ne pourrait plus assurer l'exploitation du réseau, a-t-il ajouté.

Andreas Meyer a encore précisé qu'il n'y a aucun danger pour les passagers. Le personnel de train vérifie si tous les voyageurs ont bien embarqué avant chaque départ de train.

/ATS
 

Actualités suivantes