Milei résolu à réformer « avec ou sans » soutiens politiques

Le président ultraliberal argentin Javier Milei s'est dit vendredi, dans son premier discours ...
Milei résolu à réformer « avec ou sans » soutiens politiques

Milei résolu à réformer

Photo: KEYSTONE/EPA/Matias Martin Campaya

Le président ultraliberal argentin Javier Milei s'est dit vendredi, dans son premier discours sur l'Etat de la nation, déterminé à pousser plus avant ses réformes 'avec ou sans soutiens' politiques. Il a averti le Parlement, jusqu'ici rétif, être prêt 'au conflit'.

Dans le même temps, il a appelé les Argentins à faire preuve de 'patience et confiance', face à ses mesures de dérégulation et d'austérité budgétaire.

'll faut encore du temps avant que nous puissions récolter les fruits de l'assainissement économique et des réformes (...) mais pour la première fois de l'histoire, nous attaquons le problème par sa cause. Pour cela je vous demande patience et confiance', a-t-il déclaré.

'L'effort va valoir la peine' leur a assuré M. Milei, dont le gouvernement a opéré en moins de trois mois une dévaluation de plus de 50%, une libéralisation des prix, une large déréglementation et des coupes budgétaires drastiques.

Offensif, il a mis en garde les parlementaires qui, en février, lui ont infligé son premier revers en retoquant son ambitieux train de réformes dérégulatrices (660 dispositions). 'Nous allons changer le pays pour de bon (...) avec ou sans le soutien des dirigeants politiques, avec toutes les ressources légales de l'exécutif'.

'Nid à rats'

Il a rappelé aux députés, que ces dernières semaines il traitait de 'nid à rats', 'corrompus', 'symboles de la caste' politique, que par décret, modifications règlementaires, ou projets de lois, il dispose d'outils de 'lutte contre le déficit budgétaire, qui est pour nous la mère des batailles'. 'Si vous cherchez le conflit, vous aurez du conflit', a-t-il menacé.

Pour autant le chef de l'Etat a tendu une main à la classe politique, aux influents gouverneurs des provinces, dirigeants de partis, ex-présidents, pour forger un 'nouveau contrat social', sur la base de dix principes éminemment libéraux: équilibre budgétaire 'non négociable', propriété privée 'inviolable', dépense publique réduite au niveau 'historique' de 25% du PIB, notamment.

'La viande sur le grill'

Un 'Pacte de Mai', comme il l'a baptisé, qui serait signé à Cordoba (nord) symboliquement le 25 mai, jour de l'anniversaire de la révolution (1810) qui mena à l'indépendance (1816).

M. Milei, transgressif comme il aime à se présenter, avait programmé son discours à une heure de grande écoute, 21h00, pour que 'le plus grand nombre possible d'Argentins puissent écouter le président après leur travail', selon la présidence. Il a longuement fait l'inventaire de 20 ans de politique gouvernementale 'appauvrissante', la qualifiant 'de banqueroute morale et intrinsèquement injuste' qui n'a profité qu'à une 'caste politique'.

Il a d'ailleurs annoncé un projet de 'loi anti-caste', avec diverses propositions, notamment une limite des mandats de dirigeants syndicaux, la réduction du nombre d'assistants parlementaires, la fin des avantages pour les ex-présidents. Il a aussi annoncé la fermeture de l'agence de presse publique Telam (environ 700 salariés), l'un des médias qui était dans le viseur du nouveau gouvernement, devenue selon lui 'agence de propagande' des gouvernements péronistes.

Un discours offensif 'qui a bien mis toute la viande sur le grill', s'est félicité pour l'AFP le député pro-Milei Jose Luis Espert. Au contraire, la députée de gauche Myriam Bregman a dénoncé 'un rideau de fumée pour ne pas parler de ce qu'on vit, prix de fous, manque de nourriture dans les soupes populaires, hausse des loyers'.

'Tout ou rien'

'Ca me retourne l'estomac. Ce qui est en train de se passer est une extermination des pauvres', enrageait Elba Sarmiento, une artisane de 37 ans, parmi quelques centaines de manifestants sur la place du Parlement. M. Milei 'a ce ton de confrontation, de 'tout ou rien' radicalisé pour soutenir son narratif, qui est 'nous faisons des changements structuraux'', analysait pour l'AFP le politologue Ivan Schuliaquer.

Le président, qui claironne de premiers résultats - excédent budgétaire mensuel en janvier, inédit en 12 ans - se sent pour l'heure conforté par les sondages. Malgré l'électrochoc de pouvoir d'achat, il reste autour de 50% d'image positive, pas loin de son score à la présidentielle (56%).

En matière d'économie ''il fallait faire quelque chose', ou 'il faut accepter et tenir le coup', c'est ce que disent la majorité des électeurs de Milei dans nos enquêtes', assure à l'AFP le sondeur Raul Timmerman. Les autres, ceux qui ont voté contre lui, 'disent +ça peut exploser à tout moment+'.

/ATS
 

Articles les plus lus