Les victimes du sinistre de Soleure étaient sans doute des réfugiés

Tout indique que les victimes de l'incendie meurtrier survenu lundi matin à Soleure sont des ...
Les victimes du sinistre de Soleure étaient sans doute des réfugiés

Les victimes du sinistre de Soleure étaient des familles réfugiées

Photo: KEYSTONE/ALEXANDRA WEY

Les victimes de l'incendie meurtrier survenu lundi à Soleure appartiennent à deux familles de requérants d'asile érythréens et éthiopiens, logés par le canton. Il s'agit de quatre adultes de 27 à 33 ans, d'un enfant en bas âge et d'un enfant en âge d'être scolarisé.

Trois autres enfants appartenant à l'une ou l'autre des deux familles de quatre, respectivement cinq personnes, se trouvent toujours à l'hôpital. Deux d'entre eux sont grièvement blessés. Les blessures du troisième sont de gravité moyenne, indique mardi la police soleuroise.

Chacune des deux familles vivait dans un appartement, à deux étages différents de l'immeuble sinistré. Elles y avaient été placées par les autorités cantonales, précise mardi le maire et conseiller national Kurt Fluri (PLR) dans une interview accordée à la Solothurner Zeitung.

20 personnes dans l'immeuble

Parmi elles, plusieurs enfants fréquentaient l'école enfantine. Au moment de l'incendie, 20 personnes se trouvaient dans le bâtiment. La ville de Soleure entend rendre hommage aux victimes dans le cadre d'une cérémonie, une fois connues leurs religions respectives.

Le feu a pris dans la nuit de dimanche à lundi dans un des étages inférieurs et a aussitôt provoqué beaucoup de fumée qui s'est propagée dans tout l'immeuble. Un habitant a aperçu la fumée dans la cage d'escalier et a donné l'alerte à 02h10. Le rez-de-chaussée est totalement détruit.

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'incendie pourrait avoir été causé par l'utilisation incorrecte d'une cigarette dans un appartement. Une personne a été arrêtée lundi. Elle se trouve en détention préventive. Le Ministère public a ouvert une enquête pénale contre elle pour homicides par négligence, lésions corporelles par négligences et incendie par négligence, précise une porte-parole aux médias de la société CH Media.

/ATS
 

Actualités suivantes