Les sources d'énergie entrent dans la statistique des villes

Les sources d'énergie utilisées pour le chauffage des logements suisses figurent désormais ...
Les sources d'énergie entrent dans la statistique des villes

Les sources d'énergie entrent dans la statistique des villes

Photo: KEYSTONE/ANTHONY ANEX

Les sources d'énergie utilisées pour le chauffage des logements suisses figurent désormais dans l'Annuaire statistique des villes. Une mine d'informations tous azimuts dont l'édition 2023 met l'accent sur le travail et les rémunérations.

Les sources d'énergie du chauffage sont publiées pour la première fois dans cette 84e édition de l'Annuaire statistique et continueront d'y figurer, indique mardi l'Union des villes suisses, qui réalise cet ouvrage en collaboration avec l'Office fédéral de la statistique (OFS). On y apprend qu'au total 42% des logements des villes sont chauffés au mazout, 24% au gaz, 14% par des pompes à chaleur, 8% par la chaleur à distance, 7% au bois et 5% à l'électricité.

La chaleur à distance est surtout bien développée dans les grandes villes. Ainsi 20% des appartements des villes de plus de 100'000 habitants sont chauffés par de tels réseaux de chaleur. Les communes en tête sont celles des deux cantons de Bâle, la ville même étant déjà raccordée à 59% de l'ensemble de ses logements à des réseaux de chaleur à distance.

Emploi

Cette 84e édition, qui comprend les rubriques habituelles telles que les transports ou la politique, met l'accent sur le monde du travail. Les villes sont considérées comme les moteurs économiquesde la Suisse. Avec quelque 3,4 millions d’emplois, elles concentrent environ deux tiers des emplois du pays.

Le secteur des services en particulier est fortement citadin. Ses emplois se trouvent pour 64% en zone urbaine, laquelle représente 10% de la surface du pays. Dans les quatre grandes villes de Bâle, Genève, Zurich et Berne, le secteur des services affiche une prépondérance éclatante, près de 90% des emplois se trouvant dans le secteur tertiaire.

Le quotient de localisation, qui exprime la concentration d’une activité dans une région, montre que les services à haut niveau de connaissances sont surtout importants dans les grandes villes. Il est de 1,4 en moyenne dans les villes de 100'000 habitants et plus.Ce qui signifie que la part d’emplois dans cette branche est de 1,4fois plus élevée qu’au niveau suisse.

Disparités

Les petites villes de moins de 10'000 habitants sont surtoutcaractérisées par le tourisme (5,2) et l’industrie chimique et pharmaceutique (2,8). Les villes de 20'000 à 49'999 habitants ont unnombre d’emplois supérieur à la moyenne dans la branche destransports ainsi que dans celle de l’horlogerie.

A l’échelle régionale, il y a de grandes disparités. Les villes de Viège (17,7), Monthey (9,2) et Bâle (6,9), réputées pour leursentreprises pharmaceutiques, présentent logiquement un taux de localisation de l’industrie chimique et pharmaceutique élevé. Dans le secteur du tourisme, les villes qui arrivent en tête sont en montagne: Arosa (quotient de localisation 29,9), Zermatt (28,1) et Davos (13,4).

Les différences, notamment historiques, sont impressionnantes en ce qui concerne le secteur de l’horlogerie, souligne l'Union des villes suisses. Alors que quelques rares villes comptent un très grand nombre d’emplois (Le Locle, Plan-les-Ouates, Granges, La Chaux- de-Fonds), environ la moitié n’en comptent aucun ou si peu qu’elles ne peuvent pas être mentionnées à cause de la protection des données. Au Locle, environ 42% de tous les EPT se trouvent dans le secteur de l’horlogerie.

Les centres attirent

Sur les 1320 grandes entreprises de plus de 249 emplois, nombreuses sont celles qui sont localisées dans des grandes villes ou des communes d’agglomération proches de ces centres. Les grandes entreprises s’installent le plus souvent à Zurich (19,6% de l’ensemble des grandes entreprises des villes suisses), Berne (7,2%), Genève (5,8%) et Bâle (5,4%).

C’est aussi Zurich qui enregistre le plus fort recul en nombre d’établissements par rapport à l’année précédente: moins 233. Al’opposé, la plus forte augmentation du nombre d’établissements par rapport à 2019 a été enregistrée à Baar ZG (+67), Lancy GE (+64) etZoug (+62).

Le secteur primaire représente en moyenne quelque 3% des emplois. Plus la ville est grande, plus le recul de ce secteur est net. C’est dans les villes de Willisau LU (9,5%), Morat (7,7%) et Arth SZ (7,2%) que l’on trouve le taux le plus élevé.

Culture

L’accent n’est pas seulement mis sur les secteurs économiques et les quotients de localisation des branches économiques, mais aussi surl’économie culturelle et l’accessibilité des services, deux facteurs qui contribuent à l’attractivité des villes. Ainsi, 65% des emplois culturels se trouvent dans les villes, permettant à ces dernières de proposer une large offre.

Le secteur culturel en Suisse compte environ 4,3% de l’ensemble des emplois, répartis dans un total de 66'000 établissements. Dans les villes de 100'000 habitants et plus, cette part est de 6,8%, tandis qu'elle est de 3,7% dans les petites villes de moins de 10'000 habitants, une part qui n’est pas négligeable, précise l'UVS.

Sur la base du nombre d’emplois, Zurich est la capitale culturelle de la Suisse. Elle compte 39'000 emplois dans ce secteur (7,9% du total des emplois). Si elle a la proportion la plus élevée parmi les grandes villes, Zurich est battue par Urdorf (9,5%) et Thalwil (8,9%), toutes deux située dans la couronne d’agglomération de Zurich.

Zurich arrive en tête des grandes villes notamment dans les secteurs de l’architecture, de la publicité et des arts plastiques. Genève et Winterthour ont une offre d’enseignement culturel supérieure à la moyenne, et Lucerne et Bâle arrivent en tête pour les arts du spectacle. Il convient également de relever que si Lugano joue un rôle secondaire dans la plupart des domaines culturels, elle se hisse à la première place pour l'audiovisuel et le multimédia.

Cette année, l’annuaire se base sur 170 villes et communes urbaines au total. Parmi celles-ci figurent les 162 villes statistiques (selon la définition de l’OFS) ainsi que huit autres membres de l’Union des villes suisses qui présentent un caractère urbain de par leur tradition ou leur évolution, dont La Neuveville, Moutier et Morat en Suisse romande.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus