Les régulateurs doivent regarder de plus près le bitcoin, dit UBS

Le président du conseil d'administration d'UBS, Axel Weber, ne cède pas à l'euphorie du bitcoin ...
Les régulateurs doivent regarder de plus près le bitcoin, dit UBS

Les régulateurs doivent regarder de plus près le bitcoin, dit UBS

Photo: KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

Le président du conseil d'administration d'UBS, Axel Weber, ne cède pas à l'euphorie du bitcoin. Au moment où les petits investisseurs s'intéressent de plus en plus à la monnaie virtuelle, les régulateurs devraient intervenir, à ses yeux.

La montée actuelle de cette monnaie à avoir avec le seul fait que la demande détermine sa valeur, ce qui est une erreur de conception, souligne dimanche l'Allemand dans une interview au journal alémanique NZZ am Sonntag. Pour lui, le bitcoin ne représente pas de l'argent.

'En tant que banque, nous avons délibérément mis en garde contre ce produit parce que nous le considérons comme sans valeur et pas durable', poursuit Axel Weber. Au moment où les petits investisseurs investissent de plus en plus dans cette monnaie, M. Weber exige que la surveillance financière s'active afin de réguler des hausses de prix incontrôlées.

Pression fiscale américaine

Revenant sur l'actualité récente, le président du conseil d'administration d'UBS voit dans les réductions d'impôts prévues aux Etats-Unis un danger pour la Suisse. Si un pays réduit ses taux d'imposition de manière forte, il entraîne une pression sur toutes les autres régions du monde afin qu'elles restent attractives. 'La Suisse et l'Europe ont de quoi s'inquiéter si elles souhaitent conserver leurs recettes fiscales', explique-t-il.

La réforme fiscale américaine n'aura, en revanche, aucune influence sur la politique en matière de dividendes de la grande banque.

L'Allemand se montre, par contre, optimiste quant au Brexit. Londres perdra de son importance en tant que centre financier d'importance mondiale, à la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE). 'Cette situation offre des opportunités, même pour la Suisse', précise-t-il.

Forte expansion en Chine

Axel Weber est également revenu sur le départ annoncé jeudi de Jürg Zeltner à la tête de la division de gestion de fortune. Il a précisé que ce dernier avait émis le souhait de quitter l'établissement financier après 30 ans d'activité.

La gestion de fortune sera dirigée dès le premier janvier par Martin Blessing. En la matière, UBS reste numéro un mondial et la croissance future proviendra essentiellement des pays émergents, selon le président du conseil d'administration. 'En Chine, notre présence va quasiment doubler au cours des cinq prochaines années', conclut-il.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus