Les oppositions qui menaçaient le chantier du CEVA se lèvent

Longtemps retardé par des oppositions, le chantier du CEVA, le tronçon ferroviaire qui reliera ...
Les oppositions qui menaçaient le chantier du CEVA se lèvent

Les oppositions qui menaçaient le chantier du CEVA se lèvent

Photo: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Longtemps retardé par des oppositions, le chantier du CEVA, le tronçon ferroviaire qui reliera Cornavin à Annemasse (F), se trouve sur de bons rails. Des recours ayant été levés, la mise en service prévue fin 2019 est maintenue.

Les dernières autorisations de construire qui concernent les dalles flottantes du tunnel de Pinchat, côté ouest, et du tunnel de Champel, côté est, devraient être délivrées d'ici à la fin de l'été, selon l'Office fédéral des transports (OFT). L'avancement global du projet a atteint les 90%.

Comme le révélait la Tribune de Genève, l'OFT a rejeté deux oppositions émanant de propriétaires de villas situées à proximité du tunnel de Pinchat. Cette décision qui date du 11 juin n'a pas été attaquée au Tribunal administratif fédéral (TAF). Ces propriétaires mettaient en doute l'efficacité des protections contre les vibrations et le bruit solidien.

Une incertitude planait également suite à la mise à l'enquête publique visant le tronçon est du tunnel de Champel. Mais finalement, cette procédure, qui concernait également les protections contre les sons solidiens et les vibrations, n'a suscité aucune opposition. Il s'agissait du dernier tronçon mis à l'enquête. Tous les autres écueils juridiques ont été écartés.

Dernière ligne droite

Le chantier du CEVA, souvent qualifié de chantier du siècle par les autorités genevoises, a connu des débuts difficiles. Le premier coup de pioche a été donné en novembre 2011, mais les travaux ont été bloqués par une soixantaine de recours d'opposants au tracé. Il a fallu ensuite composer avec les oppositions émanant lors des nombreuses mises à l'enquête publique.

Les travaux entament ainsi leur dernière ligne droite pour une mise en service prévue le 15 décembre 2019. Il s'agit notamment de la pose de la dalle flottante, de la voie ferrée et de la ligne de contact.

En attendant, les Genevois peuvent déjà profiter de la Voie verte inaugurée en avril dernier. Cet axe dédié à la mobilité douce se trouve sur la tranchée couverte entre Annemasse et les Eaux-Vives. Ce nouveau tracé très fréquenté a complètement transformé les modes de déplacements dans la région.

Budget dépassé

La facture finale risque d'être plus salée que prévu en raison notamment des oppositions et des difficultés rencontrées dans le percement du tunnel de Champel. Fin mars, la prévision des coûts finaux s'élevait à 1,674 milliard de francs, soit un dépassement de 61 millions par rapport au budget.

Le CEVA nécessite la construction de 14 kilomètres de ligne ferroviaire entre Genève et Annemasse, deux tunnels, deux ponts et cinq gares. Cette liaison ferroviaire, dont il est question depuis plus d'un siècle, constituera l'épine dorsale du Léman Express qui rayonnera à partir de Genève jusqu'en France voisine et dans le canton de Vaud.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus