Les marchés mondiaux angoissés par les hausses de taux

Après l'annonce d'une inflation record aux États-Unis, les marchés tablent sur de fortes hausses ...
Les marchés mondiaux angoissés par les hausses de taux

Les marchés mondiaux angoissés par les hausses de taux

Photo: KEYSTONE/AP/Lee Jin-man

Après l'annonce d'une inflation record aux États-Unis, les marchés tablent sur de fortes hausses des taux d'intérêt américains et craignent une récession, ce qui provoquait lundi une chute des actions.

Les indices européens s'affichaient en rouge vif. Vers 13h10, Paris perdait 2,07%, Francfort 1,90%, Milan 2,22% et l'indice européen de référence Eurostoxx 50 2,18%. Londres reculait de 1,63%. Quant à la Bourse suisse, son indice phare SMI cédait vers 13h40 1,58%.

Après de lourdes pertes vendredi, Wall Street s'orientait également vers une ouverture en forte baisse: le contrat à terme du Dow Jones cédait 1,74%, celui du S&P 500 2,26% et celui du Nasdaq 2,94%.

L'Asie ne se portait pas mieux. Shanghai (-0,89%), Hong Kong (-3,39%) et Tokyo (-3,01%) ont reculé, et le yen a atteint un plus bas niveau par rapport au dollar depuis 1998. De nouvelles mesures de confinement à Shanghai et Pékin créent en outre de nouvelles craintes concernant la deuxième économie mondiale.

L'inflation aux États-Unis a continué d'accélérer en mai et a atteint un nouveau record, faisant craindre aux investisseurs de lourdes conséquences pour l'économie, notamment une récession, à en croire l'activité sur le marché obligataire. 'L'inflation menace de devenir incontrôlable et les banques centrales mondiales pourraient être enclines à déclencher une récession pour pousser la demande sous l'offre disponible, décimée par les pénuries d'approvisionnement et la guerre', commente Jochen Stanzl, pour CMC Market.

La banque centrale américaine tiendra sa réunion de politique monétaire mardi et mercredi. Une hausse de ses taux directeurs d'un demi-point de pourcentage, ou 50 points de base, semble acquise mais désormais les marchés s'inquiètent d'un relèvement plus fort. Selon l'activité observée par Ipek Ozkardeskaya, analyste chez Swissquote sur les marchés, la probabilité qu'une hausse de 75 points de base soit décidée augmente sensiblement et un relèvement de 100 points de base commence même à être envisagé selon elle.

L'hypothèse de hausses des taux si agressives provoque des craintes de récession l'année prochaine pour l'économie américaine. Ainsi le taux d'intérêt de la dette américaine à 5 ans dépasse celui des échéances à 10 et 30 ans, et le rendement à 2 ans est au même niveau que les taux à long terme après les avoir brièvement dépassé pour la première fois depuis avril.

Dans la logique financière, un investissement à long terme est plus risqué et bénéficie donc d'un rendement plus élevé. Le mouvement actuel, dit d''inversion de la courbe des taux', montre un accroissement des risques à court terme et est 'un indicateur clé de l'imminence d'une récession', selon Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

Bitcoin, yen et roupie au plus bas

Autre signe de l'aversion au risque des investisseurs, le bitcoin chutait de 12,59% à 23.905 dollars vers 13h05, à son plus bas depuis fin 2020.

A l'inverse, le dollar était recherché en tant que valeur refuge, et de plus renforcé par le scénario d'un resserrement monétaire agressif de la Fed.

Peu après 06h00, le dollar est monté jusqu'à 135,19 yens, un record par rapport à la devise japonaise depuis octobre 1998. A 13h00 le yen s'échangeait 134,55 yens pour un dollar, en baisse de 0,09%. La roupie indienne a plongé lundi à un plus bas historique, à 78,28 roupies pour un dollar.

L'euro perdait 0,53% à 1,0463 dollar.

Vente généralisée

Les investisseurs fuient les marchés actions et la vente des titres touche tous les secteurs. A commencer par la tech (-12,05% pour Deliveroo), mais aussi l'automobile (-4,08% pour Renault), le tourisme (-3,84% pour Accor), le secteur minier (-5,46% pour Glencore) ou encore le luxe (-3,24% pour Hermes).

Même les bancaires étaient en baisse malgré la hausse des taux d'intérêt qui augmentent leur rentabilité. Crédit Agricole perdait 3,90%, Lloyds 1,95%, Banco Santander 3,19% et Unicredit 2,50%.

Le pétrole en baisse

La possibilité de nouveaux confinements dans les plus grandes villes chinoises tirait les prix du pétrole vers le bas.

Vers 13h00 GMT, le prix du baril de Brent de la mer du Nord cédait 1,46% à 120,54 dollars et celui du baril de WTI américain perdait 1,41% à 118,96 dollars.

/ATS
 

Actualités suivantes