Les Etats-Unis imposent des droits de douane sur les Bombardier

Le département américain du Commerce a infligé mardi des droits de douane de 220% sur les CSeries ...
Les Etats-Unis imposent des droits de douane sur les Bombardier

Les Etats-Unis imposent des droits de douane sur les Bombardier

Photo: Keystone

Le département américain du Commerce a infligé mardi des droits de douane de 220% sur les CSeries de Bombardier, suite à une plainte de Boeing. Celui-ci accuse l'avionneur canadien d'avoir vendu ses avions à perte l'an dernier grâce à des subventions publiques.

'Ce différend n'a rien à voir avec une volonté de limiter l'innovation ou la concurrence, que nous jugeons bienvenues. Cela a plutôt complètement à voir avec le fait d'être sur un même pied d'égalité et de garantir que les entreprises aérospatiales respectent les accords commerciaux', a réagi Boeing dans un communiqué.

Bombardier s'est dit 'totalement en désaccord' avec la décision du département du Commerce, en jugeant 'absurde' l'ampleur de la pénalité imposée. Le département du Commerce n'a lui pas précisé comment il avait calculé ces droits de douane de 219,63%.

Il s'agit d'une décision préliminaire qui sera appliquée seulement si la commission américaine du commerce international (ITC) donne raison à Boeing dans son jugement définitif attendu en 2018.

'Très au sérieux'

'Les Etats-Unis attachent une grande importance à leurs relations avec le Canada, mais même nos alliés les plus proches doivent respecter les règles', a affirmé le secrétaire au commerce américain Wilbur Ross, cité dans le communiqué. 'Les subventions publiques accordées par des gouvernements étrangers sont une chose que l'administration Trump prend très au sérieux (...)', a-t-il ajouté.

Chrystia Freeland, ministre canadienne des Affaires étrangères, a dénoncé une décision 'destinée à l'évidence à écarter le CSeries de Bombardier du marché américain'. Et le Premier ministre canadien Justin Trudeau avait menacé la semaine dernière de ne pas acheter de chasseurs Boeing Super Hornet pour l'armée canadienne si Washington mettait ses menaces à exécution.

Boeing avait protesté après l'achat par la compagnie américaine Delta Airlines de 75 avions CSeries (un avion de 110 à 130 places). Le groupe américain accuse Bombardier d'avoir vendu chaque CS100 à 19,6 millions de dollars américains (19 millions de francs) pour un coût de fabrication de 33,2 millions.

Les droits désormais imposés par Washington portent théoriquement le coût de chaque appareil vendus à Delta à plus de 60 millions de dollars.

Préjudice

Pour convaincre l'ITC, Boeing doit prouver que les pratiques commerciales de Bombardier lui ont porté préjudice bien qu'il n'ait pas présenté d'avion concurrent du CSeries pour la commande de Delta, souligne Dan Pearson, ancien président de l'ITC, qui exprime ainsi ses doutes sur l'issue de la procédure.

D'après une source du secteur aéronautique, Boeing voit les pratiques commerciales de Bombardier comme une menace à long terme.

Au-delà des tensions entre les Etats-Unis et le Canada, cette querelle commerciale pourrait avoir des répercussions jusqu'au Royaume-Uni. Bombardier est l'un des principaux employeurs en Irlande du Nord.

/ATS
 

Actualités suivantes