Le magazine indépendant alémanique Republik mis en ligne

Après Bon pour la tête, en juin dernier, les initiateurs de son homologue alémanique Republik ...
Le magazine indépendant alémanique Republik mis en ligne

Le magazine indépendant alémanique Republik mis en ligne

Photo: KEYSTONE/EPA KEYSTONE/SIGGI BUCHER

Après Bon pour la tête, en juin dernier, les initiateurs de son homologue alémanique Republik ont mis en ligne dimanche leur magazine indépendant et exempt de publicité. Le contenu a été publié un jour avant le lancement prévu initialement.

'Ladies and gentlemen, l'attente a une fin', ont annoncé ses fondateurs aux abonnés, appelés les 'éditeurs'. Le premier numéro parle, entre autres, de Facebook et d'Angela Merkel.

La rédaction du nouveau magazine en ligne compte 16 membres dont 14 journalistes, emmenés par quelques plumes chevronnées. La rédaction en chef est tournante, deux personnes occupant cette tâche pour six mois. Basé à Zurich, Republik compte 14'500 abonnés qui sont autant d'éditeurs regroupés autour de la coopérative Project R encourageant le journalisme indépendant.

Recrutés principalement entre la fin avril et la fin mai derniers lors d'une opération record de crowdfunding, ces lecteurs ont voix au chapitre en cas de décision importante concernant le magazine. Ils sont aussi informés sur les activités de la rédaction.

Le 26 avril 2017, les initiateurs avaient déjà récolté en sept heures les 3000 abonnés nécessaires à la récolte de 750'000 francs. Cette condition avait été posée par les investisseurs privés pour contribuer au lancement du projet sous forme d'un crédit de démarrage de 3,5 millions de francs.

Pas d'influence des investisseurs

Ces investisseurs sont les frères Meili, fils de l'inventeur zurichois du détecteur d'incendie Ernst Meili, l'entreprise textile st-galloise Metiss et Steff Fischer, fondateur d'une société immobilière zurichoise. Aucun d'entre eux ne souhaite exercer la moindre influence sur l'orientation et l'organisation du titre.

L'opération du printemps dernier a finalement permis de récolter 3,2 millions de francs sous forme d'abonnements, auxquels s'ajoutent 1,5 million de francs venus d'actionnaires et 2,2 millions de francs de dons. Ces soutiens privés ne menacent pas l'indépendance du magazine. La coopérative de lecteurs éditeurs détient en effet 47,4% des voix de l'actionnariat (43,2% du capital). La rédaction détient une part identique.

A plus long terme, l'objectif des responsables du projet à plus long terme est de réunir un total de 22'000 abonnés d'ici à 2020 pour permettre au magazine de s'autofinancer.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus