Le Salon de l'auto lancé, Ignazio Cassis parle d'ouverture

Ignazio Cassis a donné jeudi le coup d'envoi du 89e Salon international de l'automobile de ...
Le Salon de l'auto lancé, Ignazio Cassis parle d'ouverture

Le Salon de l'auto lancé, Ignazio Cassis parle d'ouverture

Photo: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Ignazio Cassis a donné jeudi le coup d'envoi du 89e Salon international de l'automobile de Genève. Le conseiller fédéral a profité de l'occasion pour souligner l'importance des accords bilatéraux avec l'Europe pour le secteur concerné en Suisse.

Devant un large parterre de personnalités politiques, diplomatiques et économiques de tous bords, le Tessinois a tenu un discours empreint d'humour, d'émotion et de sérieux. Sur ce dernier plan, le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a relevé que les 20'000 entreprises helvétiques liées au secteur automobile (garages, stations-service, ateliers de carrosserie, sous-traitants) 'achètent quasiment toutes à l'étranger' et écoulent également largement leurs produits hors des frontières.

Même si la Suisse n'a pas de grand constructeur, l'industrie automobile y emploie 220'000 personnes pour un chiffre d'affaires de quelque 12 milliards de francs. Elle est étroitement imbriquée avec le 'Vieux Continent'.

'L'Allemagne est à la fois leur principal fournisseur et leur plus gros client', a rappelé Ignazio Cassis. 'Il convient donc de consolider nos rapports avec l'Europe, et c'est l'objectif de l'accord-cadre institutionnel actuellement en discussions' (avec l'UE).

Pour sa 89e édition, le salon table sur une fréquentation comprise entre 650'000 et 700'000 visiteurs sur dix jours, dont environ la moitié de l'étranger. Une centaine de marques sont présentes, présentant plus de 900 modèles, dont environ 150 'premières mondiales ou européennes'.

Si le salon doit faire face à quelques défections (Ford, Opel, Hyundai, Volvo, Jaguar Land Rover), il accueille aussi 34 nouveaux-venus, dont le russe Aurus ou le chinois Arcfox.

L'accent est mis notamment sur les nouvelles technologies ('smart cars' ou voitures intelligentes), l'interactivité, les moteurs à propulsion alternative, la mobilité au sens large, sans pour autant négliger la voiture 'classique' et les modèles nostalgie qui ont forgé la tradition et la renommée de la manifestation.

/ATS
 

Actualités suivantes