La télévision à la carte continue de progresser en Suisse

Le zapping est en voie de disparition en Suisse. La consommation télévisuelle en différé continue ...
La télévision à la carte continue de progresser en Suisse

La télévision à la carte continue de progresser en Suisse

Photo: KEYSTONE/AP

Le zapping est en voie de disparition en Suisse. La consommation télévisuelle en différé continue de progresser, de même que le recours aux plateformes de streaming comme Netflix, YouTube et autres Play Suisse.

Selon la société d'études de marché spécialisée Mediapulse, en Suisse, chaque adulte est resté assis devant la télévision pendant 144 minutes par jour au cours du premier semestre 2021. Cependant, pas moins d'un tiers des programmes ont été visionnés en différé, une tendance qui s'inscrit à la hausse.

En Suisse, les gens regardent moins la télévision, mais consomment davantage de divertissements vidéo de manière consciente. Au lieu de passer frénétiquement à la chaîne suivante à chaque pause publicitaire, les consommateurs recherchent un programme intéressant dans le guide numérique des programmes qu'ils visionneront en différé. Une fonctionnalité qui permet de 'zapper' les publicités.

Question d'âge

La consommation télévisuelle dépend fortement de l'âge. Selon le rapport 'TV Streaming Report 2021' du fournisseur de télévision par internet Zattoo, seuls 17% des moins de 20 ans regardent des émissions en direct via Internet, contre pas loin de la moitié (44%) des personnes âgées entrent 60 à 69 ans.

En matière de visionnement en différé, la plupart des consommateurs sont limités aux programmes datant de la semaine précédente. Les médiathèques et les fournisseurs de streaming tels que Netflix, Amazon, Disney et Apple, entre autres, proposent en revanche un catalogue plus ou moins complet de films et de séries pour une durée illimitée. En s'acquittant d'un abonnement mensuel, leurs clients bénéficient d'une consommation illimitée.

Play Suisse dans toute l'Europe

Et selon le dernier moniteur numérique de la Communauté d'intérêt des médias électroniques suisses (IGEM), ces offres de divertissement alternatives prennent de plus en plus d'importance. Si 94% de la population continue à regarder la TV de manière traditionnelle (dont 89% sur une base hebdomadaire), YouTube, avec 68% (58% chaque semaine), et Netflix, avec 42%( 37%), rattrapent leur retard.

Pour répondre au désir des téléspectateurs de profiter de la télévision non pas en fonction des programmes imposés, mais selon leurs envies, les chaînes de la SSR ont élargi leur offre. En plus des programmes habituels disponibles en ligne, par exemple sur le site www.rts.ch/play/tv, le diffuseur national a lancé la nouvelle plateforme de streaming Play Suisse (www.playsuisse.ch).

A l'image des concurrents anglo-saxons, la plateforme permet ainsi de regarder gratuitement des documentaires et séries suisses non seulement sur l'écran de la télévision, mais aussi sur ceux des PC, tablettes et autres smartphones. L'usager peut désormais visionner les contenus de Play Suisse depuis toute l'Europe, après s'être préalablement enregistré.

Innombrables fournisseurs

En Suisse, les plateformes d'Apple, Amazon et Disney, entre autres, sont venues disputer le marché au numéro un historique Netflix. Des sites, tels que www.justwatch.com/fr ou www.movieofthenight.com recensent les films et séries disponibles et permettent d'effectuer des recherches.

En outre, d'innombrables fournisseurs de contenus spécialisés se sont établis sur internet. La production culturelle suisse se trouve plutôt sur des portails de films tels que www.filmingo.ch et www.cinefile.ch.

/ATS